Born Bad Records: Désordres

Carte blanche aux blousons noirs de BB pour une expo sur le rock, le vrai.

12.11.2010, par

On vous entend déjà: “Encore une expo sur le rock, si c’est pour nous ressortir les clichetons sex, drugs and rock’n roll, c’est pas la peine.” Sauf que, pour le coup, pas du tout.

Pour créer Désordres, la galerie 12MAIL a donné carte blanche à l’éminent label Born Bad Records. Peu de risques, donc, de se retrouver confronté aux banalités d’usage, la bande nous a habitué à une certaine hauteur de vue, et le programme proposé semble confirmer nos attentes.

L’expo se découpe en trois parties. Tout d’abord, un hommage à un ouvrage peu connu mais passionnant, Le Cuir et la Baston, de Yan Morvan et Maurice Lemoine. Véritable plongée ethnologique et photographique dans le monde des loubards parisiens des 70′s, le livre offre un regard inédit sur un phénomène souvent vu par le petit bout de la lorgnette. Jean-Baptiste Guillot, patron de Born Bad et tête pensante de Désordres, résume bien l’idée globale: “On est loin de l’image d’Epinal du Hells Angel en Californie sur une Harley avec une nana derrière et un soleil couchant. On est plutôt à Montreuil dans la précarité, la crasse et la perdition.

Autre pan de l’expo: l’étonnante collection de Patrice Caillet, Discographisme Récréatif, assortiment bizarre de pochettes de disques customisées par leurs anonymes propriétaires, témoignage de la réappropriation de cet “art populaire” (toujours selon Jean-Baptiste Guillot) par les auditeurs.

Enfin, le dernier item proposé séduira les amateurs de belles mécaniques, puisqu’il s’agit d’une mobylette customisée. Attention, on ne parle pas ici de pot Ninja ou de selle en croco, mais de napperons de grand-mère. Il faut oser, mais ça vaut le coup d’oeil. Cette oeuvre baptisée MonCul est signée Moolinex.

Par ailleurs, un CD, dont la playlist a été scrupuleusement choisie par Born Bad, sera édité à 300 exemplaires et numéroté pour fêter le lancement de l’exposition.

Le vernissage de Désordres a lieu mercredi 17 novembre, à 18h, 12 rue du Mail, dans le 2e arrondissement. L’expo sera visible jusqu’au 14 janvier.

En attendant, vous pouvez toujours jeter une oreille à la bande-son de Désordres.

Commentaires
1
16.11.2010 par Nom dave :
terrible!!!
Poster un commentaire
Articles suivants

Small Black: Live in NYC

Small Black interprète deux titres live dans un futur palace à NYC. Et c'est joli.
12.11.2010,
Camille Bertini

Gothamist est un site 100% new yorkais qui rend hommage à la grosse pomme en investissant des lieux prestigieux  et en y mettant de la jolie musique, par exemple: The Walkmen à la New York Public Library, The Black Angels au Angel Orensanz, et plus récemment Small Black, filmé dans un immense édifice abandonné situé au 5 Beekman.

Le futur palace a accueilli la pop planante du groupe dans ses murs, et les gamins de Brooklyn le lui rendent bien avec une des versions live toutes en finesse des titres Camouflage et Light Curse, extraits de leur dernier album New Chain.

Lire la suite...

Fritz Kalkbrenner: Facing the Sun

DJ aussi, le petit frère de Paul s'émancipe.
12.11.2010,
Camille Larbey

A l’occasion de la sortie de son premier album réussi, Here Today Gone Tomorrow, Fritz Kalkbrenner propose le clip de Facing the Sun. Pas évident de s’affirmer lorsque son grand frère – Paul – est le cheval de course de l’écurie BPitch, la star du film Berlin Calling, et écoule ses disques comme un vendeur de bretzels lors de l’Oktoberfest.

Mais Fritz a des arguments à faire valoir. Il a co-signé le désormais mythique Sky and Sand avec son frangin. Et il a le mérite d’offrir une éléctro plus variée que son ainé: parfois il chante, il gratouille les guitares et fricote avec la pop sans renoncer à la bonne grosse techno-house.

Lire la suite...

Hotel California: L.A. from The Byrds to The Eagles

Docu en ligne sur la fin du mouvement hippie et les débuts du music business.
12.11.2010,
Thomas Rozec

A l’heure où majors et artistes multi-platinés pleurnichent à longueur d’interviews et de textes de lois sur la mort de leur lucratif gagne-pain, ce documentaire, signé par la toujours excellente BBC, retrace le parcours du music business américain des 60′s-70′s.

En gros, le pitch est assez simple: en 1965, les Californiens de The Byrds mélangent pop à l’Anglaise et folk east-coast avec leur reprise culte du Mr Tambourine Man de Dylan. Carton plein. L’idée d’une musique américaine rentable commence à germer à l’ouest des États-Unis.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Born Bad Records: D\u00e9sordres | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/2204"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact