Circular Forms est l'œuvre ambient d'un ancien ouvrier de Belgrade à la retraite

Pour une utilisation première des vertus industrielles.

09.09.2015, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F09%2Fabulmogardthedrone.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22abulmogardthedrone%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220441%22%2C%22file%22%3A%2227019%22%2C%22width%22%3A%22619%22%2C%22height%22%3A%22592%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F09%2Fabulmogardthedrone.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220441%22%7D%7D%7D

En bons sceptiques que nous sommes, l'histoire d'Abul Mogard nous a semblé de prime abord un peu trop fabuleuse pour être vraie. Né en Serbie et ayant passé la plupart de sa vie à travailler à la chaîne de montage dans une aciérie, l'homme n'a semble-t-il commencé la musique que fraichement retraité, afin de recréer les "sons de son environnement passé qui lui manquaient".

Cette réappropriation première des vertus industrielles présente certes très bien sur le papier, mais sent tout de même à plein nez le storytelling fabriqué de toute pièce. Ce ne serait pas la première fois qu'on accolerait à un disque ou à un artiste un contexte moelleux afin d'en tirer le suc le plus alléchant (bien que dans ce cas précis, on doute qu'un album de drone expérimental se vende à des milliers d'exemplaires). On pense notamment à Jürgen Muller, ce biologiste marin qui n'en était pas un, ou à Ursula Bogner, cette pharmacienne allemande qui aurait passé sa vie à composer de la musique dans son coin après le travail, avant d'être soit-disant redécouverte par Jan Jelinek. Ou bien encore à Mingering Mike, ce soulman qui n'a tout simplement jamais existé.  


Toutes ces histoires permettent d'appréhender une œuvre vierge avec un regard d'emblée bienveillant, et de ce point de vue on peut dire qu'Abul Mogard se pose là. Que ce soit son interview au site Secret Decoder (par mail, forcément), où il dit avoir "récemment découvert ce groupe, là, Coil...", ou encore ce nouvel album composé uniquement à l'aide de Farfisas et d'un synthétiseur modulaire fabriqué par ses propres soins (on veut bien croire aux "jolies histoires", mais on doute fort qu'un type dénué de toute notion musicale ait fabriqué son propre synth en sortant de l'usine, mais passons), tous les élements qui entourent son projet prêtent à sourire tout en appelant au lever de sourcil.


Seulement, voilà. Lorsqu'on jette à œil à sa page Discogs, on se rend compte qu'Abul Mogard a un nombre d'entrées assez conséquent, qu'il a multiplié les sorties et les collaborations (dont un split avec Harmonious Thelonious sorti au printemps), et apparaît plutôt disert en interview. Et en dehors des sérieux doutes que l'on peut émettre face sa singulière backstory, on est obligé d'admettre que ses modulations aquatiques acccrochent l'oreille - on pense notamment aux circonvolutions spectrales de "Bound Universe". Que ce soit Steve Moore (qui a signé et sorti les premières cassettes d'Abul Mogard en 2012 sur son propre label, VCO Records) qui aurait décidé de lâcher ses penchants new age et enfin assumer (ou ne pas assumer, pour le coup) ses tendances les plus drone, ou nous, qui soyons effectivement d'indécrottables pisse-froid et d'éternels incrédules, cela ne doit pas nous empêcher d'apprécier un disque pour ce qu'il est - bien au contraire. 



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F09%2Fabulmogard.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22abulmogard%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220444%22%2C%22file%22%3A%2227022%22%2C%22width%22%3A%221200%22%2C%22height%22%3A%221200%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F09%2Fabulmogard.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220444%22%7D%7D%7D


Poster un commentaire
Voir aussi
4
Articles suivants

Anthony Child alias Surgeon a enregistré son nouvel album dans la jungle hawaïenne

On écoute un extrait de Electronic Recordings from Maui Jungle Vol. 1, à sortir en novembre aux Editions Mego.
09.09.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F09%2Fsurgeon-2014-by-ali-wade.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22surgeon-2014-by-ali-wade%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220455%22%2C%22file%22%3A%2227033%22%2C%22width%22%3A%22570%22%2C%22height%22%3A%22320%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F09%2Fsurgeon-2014-by-ali-wade.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220455%22%7D%7D%7D

A chaque fois qu'Anthony Child sort quelque chose sous son vrai nom, on sait que ce quelque chose sera un peu précieux et un peu spécial. Pas qu'on trouve la techno qu'il produit sous le nom de Surgeon de moindre valeur et banale - tout au contraire, ceux qui nous lisent régulièrement savent dans quelles proportions fétichistes on l'estime plus que d'autres - mais on commence à connaître la propension étonnante de l'Anglais, passionné de longue date de formes libres et d'avant-gardes, à s'épanouir quand il délaisse le martèlement incessant de la techno dure dont il est l'un des maîtres depuis quinze ans.

Lire la suite...

Le nouveau clip de Battles va vous faire aimer le basket (et peut-être de nouveau Battles)

Premier extrait du nouvel album La Di Da, qui sort le 18 septembre chez Warp.
09.09.2015,
The Drone

Premier titre de l'album à venir, entièrement instrumental cette fois et plein de rebonds et de contre-temps. On aura noté la référence au film Wake In Fright, classique aride australien sorti en 1971.

Lire la suite...

On se prépare pour Muscle Up, nouvelle anthologie du pionnier disco Patrick Cowley

Un morceau en écoute et un lien vers un site porno gay pour se chauffer.
09.09.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F09%2Fcowley1_102213.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22cowley1_102213%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220445%22%2C%22file%22%3A%2227023%22%2C%22width%22%3A%22530%22%2C%22height%22%3A%22353%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F09%2Fcowley1_102213.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220445%22%7D%7D%7D

Avec la série Narcos, c'est le gros plaisir moustache pâle, soleil délavé et poussière 80's de l'automne qui débute. Deux ans après la publication du magnifique School DazeDark Entries et les bonnes gens des soirées revivalistes Honey Soundystem viennent d'annoncer la publication le 19 octobre prochain de Muscle Up, deuxième volume d'instrumentaux inédits sur disque de Patrick Cowley, pionnier de la pop électronique, père de la Hi-NRG, et deuxième plus belle moustache des pionniers disco après celle de Walter Gibbons.

.1
Patrick Cowley
Somebody To Love Tonight
00:07:38
{"playlistId":"1194","id":"4589","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8wOS8wNCBTb21lYm9keSBUbyBMb3ZlIFRvbmlnaHQubXAz","artist":"Patrick Cowley","title":" Somebody To Love Tonight"}

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Circular Forms est l'\u0153uvre ambient d'un ancien ouvrier de Belgrade \u00e0 la retraite | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/1364"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact