DJ Rashad: Rollin EP (UPDATE)

Rashad qui fricote avec la jungle sur Hyperdub, on trouve ça pas mal excitant. On écoute le morceau-titre en entier.

01.03.2013, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F02%2FRashad_Portrait_Full_Res.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Rashad_Portrait_Full_Res%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%227327%22%2C%22file%22%3A%2212013%22%2C%22width%22%3A%22480%22%2C%22height%22%3A%22360%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F02%2FRashad_Portrait_Full_Res.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%227327%22%7D%7D%7DAlors comme ça la juke s'essouffle? La faute à la profusion, aux copieurs d'Angleterre et à la house cred délirante qu'on lui met autour du cou tout partout autour du monde depuis deux ans, le genre aurait perdu de sa fraîcheur et de sa fabuleuse étrangeté. Défrisés par les envies d'art et de couleurs de Spinn, Boylan ou Rashad,  les laudateurs de la première heure n'ont vu dans leurs upgrades formels et techniques que déballages dispendieux et volontés mercantiles de rabouler leurs faces à Ibiza.

Ici, on hausse le sourcil, et on est pas les seuls. Non content d'aller puiser de l'inspiration dans les patterns typiques du genre 3 ans après la concurrence, Kode9 a invité DJ Rashad pour tout un maxi totalement Hyperdub-esque qui devrait le rabibocher avec les journalistes anglais. 

En deux mesures et trois breakbeats, le Chicagoan avoue même presque le tribut que lui et son crew doivent un peu, quand même à la musique électronique d'Angleterre. Sur les superbes "Let It Go" et "Drums Please" avec DJ Manny (en deuxième et troisième sur le teaser), il relance en long la piste deep jungle ouverte sur Teklife Vol 1: Welcome to the Chi et ça ressemble presque à un vieux maxi sur Good Looking. Franchement, on trouve ça pas mal excitant.



En bonus beat, on vous remet le furieux "Can't Hold Me Back" où il fait son affaire à Rick Ross, qui n'est pas sur le maxi.


.1
DJ Rashad & DJ Manny
Can't Hold Me Back
00:04:00
{"playlistId":"623","id":"2645","mp3":"bWVkaWEvMjAxMy8wMi8oRGlnaXRhbCBQcm9tbyB0cmFjaykgREogUmFzaGFkICYgREogTWFubnkgLSBDYW4ndCBIb2xkIE1lIEJhY2subXAz","artist":"DJ Rashad & DJ Manny","title":"Can't Hold Me Back"}

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F02%2Fdj_rashad_rollin_cover-500x500.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22dj_rashad_rollin_cover-500x500%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%227329%22%2C%22file%22%3A%2212015%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22500%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F02%2Fdj_rashad_rollin_cover-500x500.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%227329%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
5
Articles suivants

Factory Aire vs. Atom™: B.O.Y.

Monsieur Schmidt a fait un remix, ça méritait au moins un petit pavé.
01.03.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F03%2FAtom%2BHeart%2BUwe%2BSchmidt.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Atom%2BHeart%2BUwe%2BSchmidt%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%227474%22%2C%22file%22%3A%2212186%22%2C%22width%22%3A%22450%22%2C%22height%22%3A%22355%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F03%2FAtom%2BHeart%2BUwe%2BSchmidt.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%227474%22%7D%7D%7DUwe Schmidt et la dance music, c'est une histoire compliquée. Artisan bâtisseur de la techno allemande quand elle était haute comme trois pommes, ce kraftwerkien obsessionnel-compulsif dont la première expérience musicale professionnelle fut un groupe de synth pop (Lassigue Bendthaus première incarnation) en a vite eu sa claque des lois implicites et des clichés qui biaisent la créativité des DJs et préféré s'en retourner à la recherche en solitaire, au mambo et, euh, au schlager.

Ceux qui ont suivi la folle aventure Atom Heart sur Rather Interesting (68 albums et presque autant de projets et pseudos différents) savent toutefois qu'il n'a cessé de revenir plus ou moins fébrilement ou ironiquement à l'acid house, à l'electro funk et à la techno, les habillant ici de gospel et de grésillements, des derniers soubresauts de la dance de ghetto sud-américaine. Pour notre Logistic national, Schmidt a également multiplié les regards malicieux dans le rétroviseur, lâchant une magnifique anthologie d'acid house fictionnelle (Acid Evolution 1988 - 2003) ou une série de live acts vintage ébouriffants avec Pink Elln. Et puis il y a cet Atom™ Re-invents the Wheel EP de 2006 sur le label montréalais Musique Risquée où non content de se foutre de la gueule de la race des disc-jockeys, l'Allemand réinventait effectivement un peu la roue de la minimal house. Rappelez-vous:

Lire la suite...

Promo Mixes

Le tour du monde des clubs de légende en 15 mixes imaginaires.
01.03.2013,
louis vial

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F02%2F013-index.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22013-index%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%227453%22%2C%22file%22%3A%2212163%22%2C%22width%22%3A%22350%22%2C%22height%22%3A%22350%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F02%2F013-index.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%227453%22%7D%7D%7DL'initiative du site Promo Mixes tombe à pic en ces temps où le petit monde de la dance music commence à se passionner pour son Histoire, ses légendes et ses reliques. Le principe est très simple: chaque mois, un disc-jockey, de la trempe de ceux qui n'ont plus rien à prouver, concocte un mix censé évoquer un club mythique à une époque précise. Il peut y avoir joué ou dansé. Il peut aussi ne jamais y avoir mis les pieds et rendre une copie complètement fantasmée. C'est le cas, entre autres, de l'Anglais October, taulier du label Caravan (Antoni Maiovvi, Emptyset...), à qui il a été confié de rendre hommage au Starck, club de Dallas qui porte le nom de son célèbre designer (tu sais, ce mec qui te suit partout, de ta Freebox à ta bouteille d'eau) et qui a été à l'aube des 90's un des rarissimes endroits aux Etats-Unis à accueillir la culture de l'ecstasy dans son enceinte.

Lire la suite...

Pitchfork Classic: The Soft Bulletin

Un docu joliment nerd pour raconter la gestation d'un des plus grands disques pop de notre ère.
28.02.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F02%2FImage%2010-1.png%22%2C%22alt%22%3A%22Image%2010-1%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%227457%22%2C%22file%22%3A%2212167%22%2C%22width%22%3A%221669%22%2C%22height%22%3A%22932%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F02%2FImage%2010-1.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%227457%22%7D%7D%7D1998. L'indie pop est au top, les gens achètent encore des cédés, Mercury Rev empilent les statuettes et les médailles pour leur Deserter's Song de l'an passé. Pendant ce temps là, les brillants Flaming Lips d'Oklahoma City, groupe déjà vétéran de "rock weirdo pas franchement successful", pédalent encore et toujours dans la semoule. Steven Drozd est accro à l'héroïne, leur seul et unique hit remonte à 1993 et Zaireeka a fait un flop pour la raison plutôt sensée qu'il s'agit du seul disque de l'histoire de la pop que personne ne sait comment écouter, y compris ceux qui l'ont fait. Les gens de Warner Bros, leur label, commencent à faire sérieusement la gueule. Et puis sans trop savoir quoi faire de leurs trente doigts, les Lips retournent en studio avec leur fidèle metteur en bruit Dave Fridmann pour enregistrer ce qui va devenir l'album le plus important de leur carrière, "un disque sans guitares, mais pas à la Kraftwerk, plutôt à la Walt Disney".

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"DJ Rashad: Rollin EP (UPDATE) | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/849"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact