Felix Kubin: Atomium Vertigo

Le gentleman germanique revient avec son premier album pop depuis 2004.

28.10.2013, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F10%2FFelix_Kubin__Copyright_Simone_Scardovelli_PRESSE_MG_4574.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Felix_Kubin__Copyright_Simone_Scardovelli_PRESSE_MG_4574%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2210759%22%2C%22file%22%3A%2216000%22%2C%22width%22%3A%22685%22%2C%22height%22%3A%22405%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F10%2FFelix_Kubin__Copyright_Simone_Scardovelli_PRESSE_MG_4574.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2210759%22%7D%7D%7DLe patron me demandant d'en remette une louche sur Kubin, je préviendrai d'entrée que pour les bons mots et les gossips, il faudra vous reporter à l'une de nos précédentes incursions en terres hambourgeoises. L'heure est au solennel, et l'hyperactivité discographique notoire dudit personnage ne saurait sous aucun prétexte minorer l'évènement de ce mois de novembre: car faisant suite à la publication de moult pièces radiophoniques, collaborations et tangentes pré-avant-gardistes diverses, voici venir, si je ne me trompe, le premier véritable album pop de notre homme depuis Matki Wandalki.

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F10%2FFelix%2BKubin%2BMorgen.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Felix%2BKubin%2BMorgen%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22left%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-left%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2210762%22%2C%22file%22%3A%2216003%22%2C%22width%22%3A%22300%22%2C%22height%22%3A%22417%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F10%2FFelix%2BKubin%2BMorgen.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2210762%22%7D%7D%7D2004, soit presque une décennie écoulée, c'est invraisemblable pour qui connait la vitalité de la production du gentleman germanique. Mais c'est peut-être aussi la clé de sa pertinence. S'il est le grand absent des non-pages de la presse musicale française (on attend toujours ne serait-ce qu'un entretien convenable), Kubin traverse les décennies, intemporel, cohérent, jamais lassant. Aucun hasard dans le fait qu'il continue de blinder sereinement sa jauge de 400 à chaque passage dans la capitale tout en restant sous le radar promotionnel hexagonal: l'essayer, c'est l'adopter, le phénomène est vérifié jusque parmi les plus aguerris de mes anciens colocataires.

Lorsqu'un artiste quelconque convoque habituellement dans son discours "l'influence du surréalisme", la catastrophe ne saurait être qu'imminente. Étrangement, ce que tant d'autres emploient comme cache-misère d'un onirisme facile et de mystifications bidons, Kubin s'en saisit comme d'un prisme apte à le guider dans la quête d'une élégance jamais superficielle. Et ses quelques parti-pris ponctuellement discutables en matière de coupes de cheveux n'y changent rien.

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F10%2FFelix%2BKubin%2Bskeleton.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Felix%2BKubin%2Bskeleton%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2210764%22%2C%22file%22%3A%2216005%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22592%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F10%2FFelix%2BKubin%2Bskeleton.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2210764%22%7D%7D%7DSynthétiseur analogique, orgue électrique, batterie funk ou vaudou: son retrofuturisme qui ne date pas d'hier prend ces temps-ci un sens nouveau à l'ère du digging généralisé et des revival dévitalisés. L'une des raisons résidant peut-être dans le fait que lui, depuis son adolescence ne n'est jamais arrêté. Enfant étrange construisant très tôt sa grammaire, il semble conserver, obsessionnellement, toute son étrangeté atonale, ses désaccords d'éternel jeune homme. Ce plaisir simple de gamin qui consiste à tourner le bouton à fond, on le retrouve encore aujourd'hui sur l'un morceaux de cette nouvelle livraison ( "speed"), venant faire positivement écho à ses œuvres de jeunesse. Ailleurs, les choses ont indiscutablement évolué. Dans le son, la profondeur: Kubin chante, reprend "Lightnin Strikes" sans singer Klaus Nomi, promène Orwell à Alphaville tout au long de ses plages cinématiques, projetant ses séquences électro-swing, jamais vulgaires, dans le laboratoire d'une musique concrète, adulte, achevée.

Un parcours qui n'hésite pas à prendre les chemins les plus casse-gueule, cas d'école avec ce featuring Nicolas Ekla: ou comment ce qui chez n'importe qui d'autre pourrait faire redouter une imitation de Gainsbourg par Eric Elmosnino enfonce le clou jusqu'à nous faire oublier la statue du commandeur pour redonner aux gens le droit de faire ça. Et si vous ne connaissez pas les Brochettes, fabuleux groupe du Nicolas sus-mentionné, dites-vous que c'était à peu près le meilleur truc de 1998, quand vous habitiez à Saint-Étienne, Dijon ou Charleroi, et que le magazine Jade, bancal autant qu'indispensable à l'époque d'avant l'internet, était encore en kiosques.

PS - Ne ratez pas le passage annuel du Kubin au BB Mix de l'année. C'est en novembre et on vous en a déjà parlé ici. 

.1
Felix Kubin
Atomium Vertigo
00:04:00
{"playlistId":"746","id":"3167","mp3":"bWVkaWEvMjAxMy8xMC8wMiBBdG9taXVtIFZlcnRpZ28ubXAz","artist":"Felix Kubin","title":"Atomium Vertigo"}


%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F10%2FZemsta%20Plutona%20PROMO%20COVER.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Zemsta%20Plutona%20PROMO%20COVER%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2210769%22%2C%22file%22%3A%2216010%22%2C%22width%22%3A%221476%22%2C%22height%22%3A%221476%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F10%2FZemsta%20Plutona%20PROMO%20COVER.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2210769%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
5
Articles suivants

Tim Paris: Dancers

Le Parisien fait un disque de rock électronique avec des chanteurs mais ne se plante pas.
28.10.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F10%2FTim-Paris_0289_photo-credit_SARA-YUN.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Tim-Paris_0289_photo-credit_SARA-YUN%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2210746%22%2C%22file%22%3A%2215986%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22333%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F10%2FTim-Paris_0289_photo-credit_SARA-YUN.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2210746%22%7D%7D%7D"Ô album de musique électronique, combien de crimes ont été commis en ton nom?" Voilà sans doute la phrase que j'ai eu envie d'écrire le plus dans ma vie de plumitif spécialisé pop. Et en haut de la liste des crimes ignominieux commis envers l'art musical par les producteurs de house ou de techno, juste avant l'album "electro jazz" et juste après le disque de techno "adulte" avec un orchestre philarmonique, il y a l'album crossover avec des chanteurs. Il fut même une époque (autour de 1997, 1998) où c'était l'accident le plus répandu dans l'industrie. On pardonne bien sûr aux pionniers de l'exercice puisque le problème était alors avant tout structurel: largement aliénante dans leur facture et dans les modes d'écoutes qu'elles trimballaient avec elles, la house, la techno et toutes leur descendances étaient encore obligées d'enfiler les vieux habits de la pop pour se faire accepter par l'establishment et les bailleurs de fonds.

.1
Tim Paris
Disco Ellipse
00:07:45
{"playlistId":"745","id":"3160","mp3":"bWVkaWEvMjAxMy8xMC8wNSBEaXNjbyBFbGxpcHNlLm1wMw==","artist":"Tim Paris","title":"Disco Ellipse"}

Lire la suite...

Panier de crabes #12

Le panier de la semaine arrive in extremis pour fêter le weekend.
25.10.2013,
The Drone

Cc "Calvino Italo" (CGI)

Tout est tout nouveau: le label (basé à Atlanta), l'artiste (un certain Chris Powers, résident disc-jockey à Londres ou Chicago), la blague sur l'italo disco et le maître de la littérature postmoderne italienne. Et la musique? Elle est assez nouvelle aussi, parce qu'elle zone quelque part entre la post-house qui sort sur cassettes (Golden Donna, sur le flip du split maxi, a sorti un album sur Not Not Fun) et quelque chose de beaucoup plus simple et beaucoup plus con. "A suivre", comme dirait l'autre.




Signature Series "Rolling Marbles" (Bad Party Records)

Il fut une époque pas si lontaine où coller un thème de guitare sur un beat house pouvait vous envoyer directement en Enfer. Apparemment ce n'est plus le cas. Ce bidule australien a le charme des machins qu'on bidouille au lycée, à ce moment charnière où on décide d'abandonner le rock pour la musique électronique mais qu'on a pas encore le coeur de revendre sa vieille copie de strato Peavey.



Omar S: Don't Let Dis Be HapNin (FXHE)

La vérité c'est qu'on voulait vous coller le morceau du maxi qui ouvre la face B, le gaillardement titré "U Heard What Da Man Said Muthafukka!!", mais on l'a pas trouvé. Ce morceau est pas mal aussi, hein, bien deep et bien sympa, ça on dit pas. Mais si on avait rippé nous-même le maxi pour le mettre sur Youtube, c'est pas celui qu'on aurait choisi.



Peter Van Hoesen "Carbon" (Tresor)

En pleine crise technologique, l'excellent producteur Belge a décidé d'abandonner les chichis et l'ordinateur pour "trois synthés, une boîte à rythmes, deux iPads et quelques effets". Bonne idée. L'album Life Performance a été enregistré en une prise et une soirée au Tresor de Berlin le 19 juillet dernier, et sa techno n'a jamais semblé aussi facile à gober. 
 

Jovonn "I Can't Make Up My Mind" (Clone Classic Cuts)

La réédition de la quinzaine, à l'aise. "House ala Carte" est initialement sorti en 1992 sur le label new-yorkais Project X, c'est-à-dire exactement au milieu de la parenthèse enchantée entre fin de la house de Chicago et l'explosion de la house 90s de New-York et du New-Jersey, c'est-à-dire exactement quand le Monde en avait largement rien à secouer. Le territoire à (re)explorer reste immense.




Samanta Fox & Snuffo "Klaus You Skatebård Remix" (Renate Schallplatten)

On ne sait rien sur ce tout jeune duo allemand qui a décidé d'emprunter son blaze à la plus belle tétonnière britannique des années 80, on ne sait rien du club berlinois qui le sort mais on se rappelle un peu de Skatebård, dealer de cosmic house bidule originaire d'un bled en Norvège et qui avait fait quelques disques vraiment pas mal au milieu des années 2010. "Klaus You" est un long bidule sombre et ambigu qu'on aimerait bien avoir en vrai pour la pochette.


Simian Mobile Disco vs Mike Dehnert "Tong Zi Dan" (Delicacies)

Est ce que les mecs de SMD ne devraient pas se contenter de sortir que des remixes en fait?




De Sluwe Vos "OG Anthem" (Albion)

Comme son nom l'indique, un gros son d'Original Gangster. Parfait pour les drive by devant une rave en hollande, à 2'50 plein de putes qui tirent en l'air à grands coups d'AK 47 dans une faune de kids pétés aux mitsubishis.



Legowelt "Sh-high School Daze" (L.I.E.S)

Un EP de Legowelt sorti sur L.I.E.S. Est ce qu'on va vraiment devoir se casser la dinette à expliquer pourquoi c'est bien? 




Even Tuell & Midnightopera "Worskshop Special 02" (Workshop)

Si par je ne sais quelle opération du saint esprit vous entendez ce track passer sur un sol de danse, faites vous plaisir, invitez une demoiselle ou un damoiseau qui vous sied et faites péter un slow. C'est pas interdit et ça a jamais tué personne.




Lire la suite...

Steve Moore: Deep Time

Le 5ème album solo de Steve Moore de 2013 sera-t-il différent du 5ème album solo de Steve Moore de 2012?
25.10.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F10%2FSteve_Moore-Shawn_Brackbill.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Steve_Moore-Shawn_Brackbill%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2210728%22%2C%22file%22%3A%2215956%22%2C%22width%22%3A%22290%22%2C%22height%22%3A%22180%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F10%2FSteve_Moore-Shawn_Brackbill.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2210728%22%7D%7D%7DEntre les cassettes, les maxis et les LPs, Gianni Rossi, Miracle et Titan, les rééditions, les remixes, les feats. et les collaborations, on doit être pas loin du 23ème disque enregistré, produit et / ou composé par Steve Moore cette année - et pas loin du 10ème article sur The Drone pour en parler. C'est pas grave. Tant que l'Américain continuera à avancer, même par petites foulées longues d'un micron, on le suivra, c'est comme ça.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Felix Kubin: Atomium Vertigo | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/2491"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact