Le mythique label américain Table of the Elements s'est créé un Soundcloud

L'occasion de revenir sur l'histoire d'un des plus beaux labels de ces vingt dernières années.

27.08.2015, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2Ftableofthelements.png%22%2C%22alt%22%3A%22tableofthelements%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220186%22%2C%22file%22%3A%2226752%22%2C%22width%22%3A%22743%22%2C%22height%22%3A%22478%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2Ftableofthelements.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220186%22%7D%7D%7D

Combien de nos lecteurs ont un ou plusieurs disques du label américain Table of the Elements à la maison? La question paraîtra sans doute anodine à ceux qui n'ont jamais entendu parler de ce petit label de musique expérimentale dont l'âge d'or remonte au milieu des années 1990; tous ceux qui se sont piqués un jour de collectionner les magnifiques compact discs à pochette monochrome et autres quarante-cinq tours 180 grammes emballés à la main de son catalogue en revanche sauront tout de suite où je veux en venir: à l'instar de K Records, Warp ou Tzadik, Table of the Elements ("TotE" pour les intimes) fait partie de ces labels qui ont changé la vie de ceux qui ont acheté leurs disques et les ont souvent transformés en mélomanes invétérés de musiques rares, qu'elles soient free jazz, post-rock, post-folk, spectrale, improvisée, électronique, bruitiste ou minimaliste.

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2FL-12701-1160119735.jpeg.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22L-12701-1160119735.jpeg%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220188%22%2C%22file%22%3A%2226754%22%2C%22width%22%3A%22300%22%2C%22height%22%3A%2261%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2FL-12701-1160119735.jpeg.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220188%22%7D%7D%7D

Créé en 1993 par Jeff Hunt, graphiste atlantien féru d'avant-gardes, de musique concrète et d'iconoclasmes guitaristiques, TotE s'est tout de suite distingué dans le tout-venant de la musique expérimentale de l'époque par ses pochettes magnifiques, donc, mais aussi son étonnante ligne de conduite post-conceptuelle (chaque référence du label était numérotée selon un numéro atomique du Tableau périodique des éléments) et surtout son étonnante ouverture d'esprit qui l'a autant amené à éditer quelques oeuvres phares de la musique post-industrielle européenne (Francisco Lopez, Ralf Wehowsky, bernhard günter, Bruce Gilbert de Wire) qu'à faire redécouvrir l'oeuvre du chantre de l'americana John Fahey et les krautrockers furieux de Faust, servir de laboratoire de choix pour tous les guitaristes en quête de bruits inédits (les trois Guitar Series) ou soutenir quelques-unes des initiatives les plus originales du rock expérimental américain comme Gastr del Sol (alias David Grubbs et Jim O'Rourke), PresocraticsRichard Youngs ou San Agustin.

Surtout, la petite maison de Jeff Hunt est devenue au fil des rencontres et des excavations la plus vaillante représentatrice du renouveau minimaliste, rééditant à tour de bras les enregistrements légendaires du minimalisme canal historique (John Cale, Arnold Dreyblatt, Tony Conrad, le Theatre of Eternal Music, Rhys Chatham, Eliane Radigue) et finançant sans compter ses sous les suites de leurs recherches les plus extravagantes.

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2F11895107_10153788394284206_3677355822495462434_o.jpg%22%2C%22alt%22%3A%2211895107_10153788394284206_3677355822495462434_o%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220189%22%2C%22file%22%3A%2226755%22%2C%22width%22%3A%222048%22%2C%22height%22%3A%221536%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2F11895107_10153788394284206_3677355822495462434_o.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220189%22%7D%7D%7D

Au fur et à mesure des rééditions prestigieuses de Captain Beefheart, des signatures prestigieuses et des découvertes, le label est ainsi devenu l'un des plus précieux, les plus trendy et les plus attachants de la musique expérimentale d'alors, au point de muter en une sorte de mini ECM de bon goût dans le coeur de ses suiveurs et le label préféré de 85% des lecteurs du mensuel britannique The Wire. Puis ce qui devait arriver arriva: en 2011, le nombre de références du label a dépassé le nombre d'éléments existant dans l'univers et Table of the Elements a dû cesser ses activités, Jeff Hunt se trouvant obligé de limiter ses agissements à son sous-label Radium et à la perpétuation de la petite légende de son label en voie de cultification. Histoire close, mission achevée?

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2FR-299616-1166556024.jpeg-2.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22R-299616-1166556024.jpeg-2%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220193%22%2C%22file%22%3A%2226759%22%2C%22width%22%3A%22592%22%2C%22height%22%3A%22373%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2FR-299616-1166556024.jpeg-2.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220193%22%7D%7D%7D

Depuis quelques jours, ça bruisse pourtant sur les Internets autour de Table of the Elements. Très discret depuis le raout Copernicium Festival qui fêtait en grandes pompes la fin du label,  Jeff Hunt a annoncé coup sur coup le lancement d'un site d'archives, d'une page Facebook et d'un compte Soundcloud très généreux bourré d'extraits parmi les plus estimables de son catalogue. En dépit du sentiment d'inquiétante étrangeté que provoque le rassemblement dans la même phrase de "Table of the Elements" et "Internet", c'est une merveilleuse aubaine pour les néophytes. On vous en a sélectionné quelques extraits malgré notre légère frustration d'en voir manquer certains (on vous fera la liste de nos références préférées un jour si vous êtes sage) histoire de rappeler ce merveilleux label à votre bon souvenir, mais on est surtout très enthousiastes à l'idée des divers stratagèmes que pourrait éventuellement trouver Hunt pour donner une suite à l'aventure d'un des plus beaux labels de ces vingt dernières années.



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2Ftote.png%22%2C%22alt%22%3A%22tote%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220190%22%2C%22file%22%3A%2226756%22%2C%22width%22%3A%22491%22%2C%22height%22%3A%22492%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2Ftote.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220190%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
5
Articles suivants

Sur Beyond the Mirror, les krautrockers anglais de The Oscillation compilent leurs raretés

Et on en a deux à vous faire écouter.
26.08.2015,
Adrien Durand

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-08-26%20a%CC%80%2014.44.33.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-08-26%20a%CC%80%2014.44.33%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220177%22%2C%22file%22%3A%2226742%22%2C%22width%22%3A%22911%22%2C%22height%22%3A%22510%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-08-26%20a%CC%80%2014.44.33.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220177%22%7D%7D%7D

L'autobahn du soleil est de plus en plus bouché et pas que l'été. De tous les côtés de la Ruhr et même jusqu'en Grande Bretagne, des groupes de jeunes hippies à cheveux sales et des étudiants en musicologie tentent de raviver la flamme du krautrock et de la musique pour amateurs de cigarettes qui rigolent.

.1
The Oscillation
Endless Oblivion
00:07:03
{"playlistId":"1155","id":"4431","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8wOC8wNSBFbmRsZXNzIE9ibGl2aW9uLm1wMw==","artist":"The Oscillation","title":"Endless Oblivion"}

Lire la suite...

Sur Shape Shift, Zombi revient à ses amours prog, dark et heavy

Deux morceaux en écoute pour faire saliver les pervers.
26.08.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2Fzombi_shapeshift.png%22%2C%22alt%22%3A%22zombi_shapeshift%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220168%22%2C%22file%22%3A%2226733%22%2C%22width%22%3A%22730%22%2C%22height%22%3A%22478%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2Fzombi_shapeshift.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220168%22%7D%7D%7D

Double occasion de se réjouir: Zombi revient mi-octobre avec son premier disque depuis 2011, et l'engouement des groupes de notre temps pour les musiques de film de genre synthétiques dont le duo américain fut l'un des premiers fers de lance s'est suffisamment atténué pour qu'on puisse enfin entendre sa musique sans les parasites tout autour.

Lire la suite...

La revue des trucs qu'on a ratés pendant l'été (parce qu'on était trop occupés à rien faire)

Un mois d'actu estivale rap, indies, techno, noise, suffit de nous demander.
25.08.2015,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F08%2Fsoundwave-mad_2.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22soundwave-mad_2%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220162%22%2C%22file%22%3A%2226727%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22321%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F08%2Fsoundwave-mad_2.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220162%22%7D%7D%7D

Chaque année, c'est la même histoire: on se barre à peu près au moment où le tempo de l'actu décélère jusqu'au point mort en se disant que rien ne se passera dans notre dos pendant qu'on se la coule douce au bord d'un lac de montagne, puis c'est la panique totale quand on rallume les iMacs trois semaines plus tard. Cet été 2015 ne déroge pas à la règle, puis les disques, les nouvelles et les comz de bâtard ont continué à s'accumuler même pendant la première moitié du mois d'août. Dans la panique et l'excitation, voilà donc ce que nos équipes ont retenu de l'actu pendant la soi disant trève estivale, avant de se jeter pour de bon dans le bain délicieux du tout neuf tout chaud dès demain matin.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Le mythique label am\u00e9ricain Table of the Elements s'est cr\u00e9\u00e9 un Soundcloud | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/1404"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact