Les jumeaux de The Garden sont en train de construire leur propre royaume insulaire

Et tant pis si personne n'a été convié à la fête pour l'instant.

17.03.2017, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fthe_garden.png%22%2C%22alt%22%3A%22the_garden%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228909%22%2C%22file%22%3A%2236520%22%2C%22width%22%3A%22608%22%2C%22height%22%3A%22343%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fthe_garden.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228909%22%7D%7D%7D

Pour se distinguer du commun des mortels, les jumeaux Wyatt et Fletcher Shears, en provenance de la huppée Orange County en Californie, ont créé un ilot en forme de blague potache et de faux manifeste esthétique : Vada Vada.

En gros, une bulle dans laquelle ils peuvent laisser libre cours à leurs extravagances de gamins, faire vriller à loisir une musique qui ne peut exister qu'en partant dans tous les sens, en voulant visiblement être à la fois Minutemen et Death Grips, Killing Joke et Mykki Blanco, Ariel Pink et Mr Bungle. Mais si leur formule basse-batterie a sensiblement évolué au cours de leurs quelques années d'existence, il faudra tout de même un jour raccorder leur fil rouge à celui des obscurs mais réjouissants Whirlwind Heat, leurs véritables pères putatifs. Même sens de l'absurde insulaire, même volonté de se créer un espace de liberté dans un entre soi abscons, hors sol et hors format, dont eux seuls comprendraient les codes. 

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-17%20a%CC%80%2016.30.13.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-17%20a%CC%80%2016.30.13%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228911%22%2C%22file%22%3A%2236522%22%2C%22width%22%3A%22607%22%2C%22height%22%3A%22281%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-17%20a%CC%80%2016.30.13.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228911%22%7D%7D%7D

Depuis 2011, The Garden officie en marge sur le circuit indie rock et livre régulièrement des performances et des disques en forme de rébus musicaux, se cassant régulièrement les dents sur scène, sur album, n'arrivant pas tout à fait jusqu'ici à passer la barre du sympathiquement bizarre mais pas tout à fait grisant. 

Car à force de ne vouloir ressembler à rien de connu, et donc aspirer un peu à tout vampiriser, les jumeaux ont fini par tirer à blanc. En 2015, ils sortaient enfin leur premier album après des années de maxis plus ou moins hasardeux. On pensait que leur cote allait enfin décoller, mais c'était oublier que leur musique, construite sur du vide, était arrivée à un tel point d'excentricité auto-référencée qu'il était impossible pour eux de communiquer avec qui que ce soit d'autre qu'eux-mêmes. 

Mais paradoxalement, c'est ce vide et cette absence d'enjeux qui leur permettent désormais de développer un univers qui n'appartient qu'à eux, et dont l'accumulation de bibelots bizarres glanés un peu partout alimente l'imaginaire de leur punk planet – du nom d'un des maxis de Wyatt Shears publiés sous le nom d'Enjoy. 



À vrai dire, ces fils de punks n'ont gardé du genre que le goût pour la marge et la défiance dans le look. Mais si les ayatollahs du genre ont vite fait de les vouer aux gémonies suite à leur récente signature sur le pseudo mètre étalon Epitaph, s'attardant plus sur leur image de fashionistas fumistes qu'à leur chansons, ils en oublient très certainement une chose : The Garden n'est ni un prototype de dévoiement de la chose punk (il y a encore des gens pour se poser ce genre de questions, en 2017 ?), ni le symbole de la disparition de communauté dans le genre. Ce sont simplement des gamins qui absorbent tout, non pas pour créer un monde à leur image, mais pour rassembler suffisamment de matière et d'imaginaire pour pouvoir se construire leur petite mythologie, hors du temps et du monde. 

Leur dernier maxi U Want The Scoop, paru au début du mois sur Epitaph donc, est sans doute la chose la plus aboutie qu'ils aient produit jusqu'à présent, et à en croire les réactions énamourées de leur passage hier soir à Paris (et avant ça de leur prestation ubuesque au Quotidien de Yann Barthès – comme quoi, tout est possible), on se dit que l'entre deux est ce qui leur sied le mieux.

Mi égéries Dior, mi weirdo post punk, on leur souhaite en tout cas de rester dans cette zone grise encore un petit moment : gageons qu'ils parviendront à terme à amasser assez de joyaux baroques pour que leur entreprise du beau bizarre tienne enfin sur ses deux jambes. En tout cas, certains commencent enfin à se pointer à la fête - et le fait que personne n'y ait pour l'instant été convié est tout à fait secondaire. 



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fgarden.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22garden%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228913%22%2C%22file%22%3A%2236524%22%2C%22width%22%3A%221200%22%2C%22height%22%3A%221200%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fgarden.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228913%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
4
Articles suivants

Les punks de Providence Downtown Boys signent chez Sub Pop et sortent un titre produit par l'ex-Fugazi Guy Picciotto

Et confirment leur place de groupe le moins pendejas du punk-rock américain.
17.03.2017,
Arthur Cemeli

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fdowntown_boys-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22downtown_boys-1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228895%22%2C%22file%22%3A%2236505%22%2C%22width%22%3A%22700%22%2C%22height%22%3A%22394%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fdowntown_boys-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228895%22%7D%7D%7D

Enregistré à Chicago avec Guy Picciotto, premier titre du groupe de Providence à sortir sur leur nouveau label Sub Pop, "Somos Chulas (No Somos Pendejas)" constitue "une proclamation de l'aptitude de chacun à décoloniser l'esprit de chacun, et de l'importance de désapprendre sans peur les façons dont la suprématie blanche conditonne nos façons de penser et d'exister" selon le post Facebook qui accompagne le morceau.  

Lire la suite...

SEQUENCES S02E11 : le rock anglais à l'assaut de la techno avec Death In Vegas

Richard Fearless, désormais seul aux commandes du groupe, déroule un set mené depuis sa console.
16.03.2017,
The Drone

De son premier album Dead Elvis jusqu'au plus récent Transmission, Richard Fearless, la tête pensante et désormais membre unique de Death In Vegas a traversé toutes les strates des musiques électroniques. Du psych au kraut rock, du dub à la techno, de Manchester à Detroit et de Liam Gallagher à Sasha Grey, il y'a peu d'espaces que cet infatigable défricheur n'ait pas approché au moins une fois.

Lire la suite...

Cela fait exactement vingt ans que Raster-Noton rêve de futur en explosant ses propres carcans

Retour sur l’histoire du label expérimental teuton, qui sort le 17 mars un livre et une compile d’anniversaire.
16.03.2017,
Bettina Forderer

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Frasternoton.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22rasternoton%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228876%22%2C%22file%22%3A%2236486%22%2C%22width%22%3A%22660%22%2C%22height%22%3A%22440%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Frasternoton.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228876%22%7D%7D%7D

Dans une interview récente pour Resident Advisor, Frank Bretschneider, né en 1956, raconte comment il a été marqué durant son enfance par les premières images d’astronautes et de cosmonautes qu’il a vues à la télévision. “L’ère était à fond dans la technologie, se souvient- il. J’étais passionné par la science-fiction. Leur bandes-originales étaient alors très simples. On y entendait des sons électroniques ténus, comme des ondes sinusoïdales."

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Les jumeaux de The Garden sont en train de construire leur propre royaume insulaire | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/24"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact