Les punks de Providence Downtown Boys signent chez Sub Pop et sortent un titre produit par l'ex-Fugazi Guy Picciotto

Et confirment leur place de groupe le moins pendejas du punk-rock américain.

17.03.2017, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fdowntown_boys-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22downtown_boys-1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228895%22%2C%22file%22%3A%2236505%22%2C%22width%22%3A%22700%22%2C%22height%22%3A%22394%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fdowntown_boys-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228895%22%7D%7D%7D

Enregistré à Chicago avec Guy Picciotto, premier titre du groupe de Providence à sortir sur leur nouveau label Sub Pop, "Somos Chulas (No Somos Pendejas)" constitue "une proclamation de l'aptitude de chacun à décoloniser l'esprit de chacun, et de l'importance de désapprendre sans peur les façons dont la suprématie blanche conditonne nos façons de penser et d'exister" selon le post Facebook qui accompagne le morceau.  

On le voit, on l'entend et on le constate, la position Full Communism défendue par le sextette sax punk nord-américain est plus que jamais d'actualité - et admirablement servie par les harmoniques de guitare et la caisse claire métronomique qui bénéficient de la production nette et tranchante de l'ex-Fugazi.

"Somos Chulas (No Somos Pendejas)" s'écoute ci-dessous, vous pouvez relire notre interview de Downtown Boys ici



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-17%20a%CC%80%2010.25.07.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-17%20a%CC%80%2010.25.07%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228894%22%2C%22file%22%3A%2236504%22%2C%22width%22%3A%22496%22%2C%22height%22%3A%22497%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-17%20a%CC%80%2010.25.07.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228894%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
3
Articles suivants

SEQUENCES S02E11 : le rock anglais à l'assaut de la techno avec Death In Vegas

Richard Fearless, désormais seul aux commandes du groupe, déroule un set mené depuis sa console.
16.03.2017,
The Drone

De son premier album Dead Elvis jusqu'au plus récent Transmission, Richard Fearless, la tête pensante et désormais membre unique de Death In Vegas a traversé toutes les strates des musiques électroniques. Du psych au kraut rock, du dub à la techno, de Manchester à Detroit et de Liam Gallagher à Sasha Grey, il y'a peu d'espaces que cet infatigable défricheur n'ait pas approché au moins une fois.

Lire la suite...

Cela fait exactement vingt ans que Raster-Noton rêve de futur en explosant ses propres carcans

Retour sur l’histoire du label expérimental teuton, qui sort le 17 mars un livre et une compile d’anniversaire.
16.03.2017,
Bettina Forderer

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Frasternoton.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22rasternoton%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228876%22%2C%22file%22%3A%2236486%22%2C%22width%22%3A%22660%22%2C%22height%22%3A%22440%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Frasternoton.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228876%22%7D%7D%7D

Dans une interview récente pour Resident Advisor, Frank Bretschneider, né en 1956, raconte comment il a été marqué durant son enfance par les premières images d’astronautes et de cosmonautes qu’il a vues à la télévision. “L’ère était à fond dans la technologie, se souvient- il. J’étais passionné par la science-fiction. Leur bandes-originales étaient alors très simples. On y entendait des sons électroniques ténus, comme des ondes sinusoïdales."

Lire la suite...

Jlin s'apprête à faire la nique à tous les ayatollahs du footwork avec son deuxième album

Enfin, on présume.
15.03.2017,
Marc-Aurèle Baly

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fjlin-artist-1-650x390.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22jlin-artist-1-650x390%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228871%22%2C%22file%22%3A%2236481%22%2C%22width%22%3A%22650%22%2C%22height%22%3A%22390%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fjlin-artist-1-650x390.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228871%22%7D%7D%7D

En 2014, la mort de DJ Rashad semble avoir donné des vertiges et paralysé les artificiers du footwork à Chicago. Depuis cette période, on a vu le genre relégué au rang de petite chose confortable, ne voulant surtout pas s'écarter des sentiers battus de ses propres samples et pas de danse à l'arythmie désormais tristement codifiée - ce qui est paradoxal lorsqu'on voit que c'est un genre qui mise à l'origine avant tout sur la progression et l'exploration de formes et de territoires inconnus.  

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Les punks de Providence Downtown Boys signent chez Sub Pop et sortent un titre produit par l'ex-Fugazi Guy Picciotto | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/25"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact