Articles écrits par

Olivier Lamm

.

Grâce à Dream Police, deux piliers de The Men apprennent enfin à être des crétins

Premier extrait de leur premier album à sortir sur Sacred Bones.
23.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2Fnews-14-09-dream-police.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22news-14-09-dream-police%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215739%22%2C%22file%22%3A%2221705%22%2C%22width%22%3A%22460%22%2C%22height%22%3A%22465%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2Fnews-14-09-dream-police.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215739%22%7D%7D%7DEn une seule écoute distraite, ce morceau a réussi à me faire comprendre ce qui manque à la musique souvent excellente de The Men: l'idiotie.

C'est dommage, parce que c'est une vertu certes complexe à invoquer  mais surtout très précieuse pour le rock, l'idiotie. A y réfléchir hâtivement, je me demande même si elle n'est pas constitutionnellement indispensable, ne serait-ce qu'en quantité infinitésimale, à toutes les musiques du monde, et si ce n'est pas elle qui fait précisément la différence entre les groupes désirables  au moment où ils sont désirables et les groupes qui nous laissent de marbre au moment où ils nous laissent de marbre.

Lire la suite...

Cette collaboration entre Biosphere et le mâalem gnaoua Mohamed Kouyou vous redonnera foi en Boiler Room

C'est extrait d'un événement très spécial filmé à Marrakech en mars dernier et c'est beau à pleurer.
22.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2F1781183_661229030581490_3837779728705346846_o-980x758.jpg%22%2C%22alt%22%3A%221781183_661229030581490_3837779728705346846_o-980x758%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215681%22%2C%22file%22%3A%2221647%22%2C%22width%22%3A%22980%22%2C%22height%22%3A%22758%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2F1781183_661229030581490_3837779728705346846_o-980x758.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215681%22%7D%7D%7DLes Boiler Rooms, on a tellement ricané à leur sujet qu'on ne sait même plus si on pense surtout du mal ou quand même un peu du bien. Ces derniers temps, pourtant, on est plutôt content que le truc existe. Parce qu'en dépit des plans fixes comme des pignons de vélo de hipster, des présentateurs au look de rabatteurs de sex shops et des encouragements embarrassants des danseurs au teint blafard au second plan, les broadcasters techno un peu vite faits de la plateforme britannique font partie des rares nouveaux formats médiatiques à rassasier nos nouveaux habitus de consommation de musique en ligne.

Lire la suite...

Flying Lotus n'a jamais autant ressemblé au génie qu'il est persuadé d'être

On écoute un nouvel extrait de "You're Dead", son cinquième album à sortir en octobre.
19.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2F720x405-148365946.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22720x405-148365946%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215638%22%2C%22file%22%3A%2221604%22%2C%22width%22%3A%22557%22%2C%22height%22%3A%22402%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2F720x405-148365946.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215638%22%7D%7D%7DJe dois vous informer d'un fait dont je suis le premier étonné. Depuis qu'on nous a envoyé You're Dead!, le nouveau Flying Lotus hier matin, je l'ai écouté délibérément quatre fois en entier, et j'en ai éprouvé à chaque fois un plaisir un peu plus précis et peu plus intense.

Je dis que j'en suis étonné parce que c'est la première fois que ça m'arrive. Les disques précédents de Steven Ellison, je les ai tous écoutés scrupuleusement, professionnellement, mais ils sont tous, sans exception, resté des objets de curiosité lointains, des lettres mortes effrayantes qui ne se muaient jamais en lettre de feu dans ma tête et dont je me forçais à admirer les fluxes et formes étranges sans y capter grand chose, sans comprendre surtout la passion qu'ils suscitent chez tant d'individus au goût sûr et au cerveau bien fait.

Lire la suite...

Le nouvel album de NLF3 s'appelle Pink Renaissance et c'est un titre très à propos

Stream intégral et exclusif.
18.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FNLF3_DSC07142-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22NLF3_DSC07142-1%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215615%22%2C%22file%22%3A%2221556%22%2C%22width%22%3A%22632%22%2C%22height%22%3A%22566%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FNLF3_DSC07142-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215615%22%7D%7D%7DQue c'est beau, un groupe qui fabrique lui-même sa maison. Que c'est joli, un groupe qui creuse son propre sillon.  Que c'est beau, surtout, un groupe qui arrive à renaître sans cesse de ses propres oripeaux sans avoir besoin d'aller copier ce que font les voisins d'à côté, du bout de la rue ou du bout du monde (rappelez-vous, Internet rapproche les êtres).

Ainsi les trois d'NLF3, qu'on s'est mal habitués à plier en 8 pour pouvoir les ranger dans la case "post rock" alors que la case post rock n'est remplie que de gagne-petits prêts à s'extasier devant la moindre étincelle en criant "oh la belle bleue!" font partie de cette race de bâtisseurs monomaniaques, dont on aime d'autant plus prendre des nouvelles que les formes qui sortent de leur atelier ne ressemblent à aucune autre, si ce n'est à des versions mutantes, remontées, modifiées, des formes qui en sortaient par le passé.

.1
NLF3
Pink Renaissance
00:04:25
{"playlistId":"924","id":"3827","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wMSBQaW5rIFJlbmFpc3NhbmNlLm1wMw==","artist":"NLF3","title":"Pink Renaissance"}
.2
NLF3
Kalimba Song
00:03:56
{"playlistId":"924","id":"3828","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wMiBLYWxpbWJhIFNvbmcubXAz","artist":"NLF3","title":"Kalimba Song"}
.3
NLF3
Chromatic
00:04:16
{"playlistId":"924","id":"3829","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wMyBDaHJvbWF0aWMubXAz","artist":"NLF3","title":"Chromatic"}
.4
NLF3
Asvattha
00:03:56
{"playlistId":"924","id":"3830","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wNCBBc3ZhdHRoYS5tcDM=","artist":"NLF3","title":"Asvattha"}
.5
NLF3
Rise
00:04:12
{"playlistId":"924","id":"3831","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wNSBSaXNlLm1wMw==","artist":"NLF3","title":"Rise"}
.6
NLF3
Three Dances
00:04:08
{"playlistId":"924","id":"3832","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wNiBUaHJlZSBEYW5jZXMubXAz","artist":"NLF3","title":"Three Dances"}
.7
NLF3
The Stellar Friendship
00:04:11
{"playlistId":"924","id":"3833","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wNyBUaGUgU3RlbGxhciBGcmllbmRzaGlwLm1wMw==","artist":"NLF3","title":"The Stellar Friendship"}
.8
NLF3
Comets
00:03:04
{"playlistId":"924","id":"3834","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wOCBDb21ldHMubXAz","artist":"NLF3","title":"Comets"}
.9
NLF3
Rosen
00:04:01
{"playlistId":"924","id":"3835","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wOS8wOSBSb3Nlbi5tcDM=","artist":"NLF3","title":"Rosen"}

Lire la suite...

Entre arrière-goût de fin du monde et dodelinage de tête un peu idiot, le nouveau Arp nous convient très bien

On découvre en exclu le nouveau clip de l'Américain.
17.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FArp%2B%2BAlexis%2BGeorgopoulos.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Arp%2B%2BAlexis%2BGeorgopoulos%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215600%22%2C%22file%22%3A%2221541%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22666%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FArp%2B%2BAlexis%2BGeorgopoulos.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215600%22%7D%7D%7DIl y a exactement un an, Alexis Georgopoulos a fait quelque chose que peu de musiciens ont le cran de faire dans leur carrière: il a fait dévier son projet Arp à 90° du petit bonhomme de chemin musical jusqu'ici plutôt rectiligne qu'il suivait depuis le premier In Light.

Comme il n'est pas immensément connu et que depuis que la musique a débarqué sur Internet, plus personne ne s'y retrouve plus très bien avec les goûts et les territoires, l'événement n'a pas fait le même tapage que le passage à l'electrique de Bob Dylan sur la scène de Newport un beau jour de 1964. Mais pour ceux comme l'auteur de cet article qui suivaient plutôt assidûment les exercices eno-esque-kraftwerkiens-clusteriens maniaques et souvent de toute beauté de l'ex music journalist Américain, le passage à la pop pailletée au piano et au glam mélancolique façon Roxy Music n'est pas passé comme une lettre à la poste: on s'est même trouvés tellement tourneboulés qu'on en a complètement occulté l'existence de More, l'obje du délit.

Lire la suite...

Le nouveau disque de Gabriel Saloman ressemble au plus beau disque dark ambient de tous les temps

Il sort en octobre sur Shelter Press et on a un très bel extrait à vous faire écouter.
17.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-09-16%20%C3%A0%2018.38.16-2.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-09-16%20%C3%A0%2018.38.16-2%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215585%22%2C%22file%22%3A%2221517%22%2C%22width%22%3A%22439%22%2C%22height%22%3A%22618%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-09-16%20%C3%A0%2018.38.16-2.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215585%22%7D%7D%7DCe nouveau disque du noiser semi repenti Gabriel Saloman commence comme l'un des plus beaux disques de l'histoire de la musique ambient, l'éternel (oui, éternel) Morals and Dogma de Deathprod: même maîtrise du clair-obscur, même majesté, même violence qui sourd sous roche, même luxuriance des matières qui semblent couler du plus vieux disque de l'humanité...

Ce n'est sans doute pas fait exprès mais c'est tout à l'honneur de Saloman, dont on imagine bien volontiers qu'il ne s'est pas retrouvé sur les platebandes du grand ambianceur norvégien en prenant des notes. Non, si Movement Building Vol. 1 a des faux airs du plus beau (oui, le plus beau) disque de dark ambient jamais enregistré sur la Planète Terre, c'est qu'il a été conçu avec la même attention scrupuleuse aux détails, le même savoir faire, la même discipline, et peut-être - sans doute - le même salmigondis musical en tête: poussières de larsens, shoegaze, black metal, musique concrète, ambient des débuts de l'ambient, musiques rituelles du genre de celle que pratiquent David Tibet et les Actionnistes Viennois...

Lire la suite...

Bernard Szajner: Entretien avec un magicien de la musique synthétique française

Remis en selle grâce à la réédition de son premier album, l'inventeur revient avec une création au Centre Pompidou.
15.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FBernardSzajner_09.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22BernardSzajner_09%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215529%22%2C%22file%22%3A%2221452%22%2C%22width%22%3A%22600%22%2C%22height%22%3A%22397%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FBernardSzajner_09.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215529%22%7D%7D%7DOn présente toujours Bernard Szajner de la même manière: auteur d'une poignée de disques "cultes" (comprendre: trop peu écoutés) sortis entre la fin des années 70 et le milieu des années 80, ce plasticien rodé aux lightshows pour Magma, Pierre Henry ou Gong serait avant tout l'inventeur de la harpe laser, objet pop au pouvoir de fascination inoxydable malheureusement popularisée par un concurrent moins gêné aux entournures par la lumière et la célébrité, Jean-Michel Jarre.

Passionnés comme quelques autres par Visions of Dune ou Some Deaths Take Forever, diamants noir de la musique synthétique perdus entre la fin de la grande musique synthétique française et les premiers soubresauts de l'indus, on ne savait pourtant rien de plus de la vie et de la carrière de cette étoile filante, sortie du circuit de la pop et retournée au silence depuis 1984. On sait donc gré à InFiné d'avoir remis sur le métier le cas Bernard Szajner, en rééditant d'abord Visions of Dune de la plus belle des manières pour la postérité, et en lui remettant le pied à l'étrier pour une création unique à découvrir dès ce jeudi au Centre Pompidou (et en avant première ci-dessous). Nous l'avons longuement interviewé sur ses inspirations, ses ambitions multimédia dans la France giscardienne, et l'enfance de son art. Et nous ne sommes pas peu fiers d'avoir éludé le sujet de la harpe laser - car de toutes évidences, Monsieur Szajner avait des choses bien plus intéressantes à nous raconter.

Lire la suite...

Dieu merci, le nouveau Shellac parle toujours de baston fraternelle et de bêtise crasse

Il s'appelle "Dude Incredible" et il sort demain.
15.09.2014,
Olivier Lamm

Lire la suite...

Black Bananas: Creeping the Line

Mais pourquoi, pourquoi on a jamais parlé de Black Bananas avant?
12.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2F294572_130604387042096_1748042927_n.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22294572_130604387042096_1748042927_n%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215491%22%2C%22file%22%3A%2221405%22%2C%22width%22%3A%22751%22%2C%22height%22%3A%22960%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2F294572_130604387042096_1748042927_n.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215491%22%7D%7D%7DNe nous demandez pas pourquoi on a mis autant de temps à vous parler de Black Bananas. On n'en a pas la moindre idée. C'est dans doute que que le temps passe trop vite, que les tuyaux ont tendance à se boucher en un rien de temps.

Pourtant, on aurait dû savoir que c'était notre came. On a notre passif avec la grande Jennifer Herrema, époque Royal Trux, période Veterans of Disorder ou quelque chose comme ça. Et on les a vécues de première main, les interviews débiles/géniales interrompues toutes les 4 minutes parce que la Dame va "se repoudrer le nez" aux toilettes. Mais la vie est ainsi faite que parfois, on repousse mystérieusement les échéances. 

Pour ce qui concerne le superbement titré Electric Brick Wall,  deuxième album du groupe sorti en juin chez les fidèles amis de Drag City, c'est d'autant

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"author","title":"The Drone | Olivier Lamm","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/author\/20\/10\/olivier"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact