Articles écrits par

Olivier Lamm

.

Femminielli est décidément le meilleur chanteur de disco italien du Québec

On écoute son 45 tours à sortir chez Mind Records.
14.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2F0001857660_10.jpg%22%2C%22alt%22%3A%220001857660_10%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216030%22%2C%22file%22%3A%2222058%22%2C%22width%22%3A%22925%22%2C%22height%22%3A%221200%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2F0001857660_10.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216030%22%7D%7D%7DIls ne sont pas nombreux, les chanteurs d'aujourd'hui, à pouvoir crooner classe sur de l'italo disco sans passer pour des guignols ou des affreux cyniques. Il y a bien sûr le revenant Fred Ventura, vrai crooner de l'époque remis au boulot par Alden Tyrell et la bande de fétichistes radicaux de Clone; il y a DMX Krew, qui fut parmi les premiers à oser le revivalisme au coeur des 90's et qu'on desespère de réentendre chanter un jour; et puis il y a Bernardino Femminielli, improbable tornade fetish canadienne échappée de la bande Dirty Beaches / Jef Barbara découverte il y a deux ans avec un premier LP extatique paru chez nous sur Desire et qui a tout gagné - y compris notre admiration - grâce à ses talents de musicien tendance geek terminal et son aplomb extraordinaire.

Les deux morceaux extraits de son 45 tours à venir sur le label franco-japonais Mind Records qu'on peut écouter ci-dessous confirment largement le talent bigger than life du Montréalais et sa capacité étonnante à emporter le morceau par l'excès.

.1
Femminielli
O Sodoma
00:03:08
{"playlistId":"940","id":"3912","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8xMC9GZW1taW5pZWxsaV9PIFNvZG9tYV9taXhfTWluZWQubXAz","artist":"Femminielli","title":"O Sodoma"}

Lire la suite...

RIP Mark Bell de LFO

La nouvelle vient d'être confirmée par Warp.
13.10.2014,
Olivier Lamm

On se contentera pour l'instant de partager avec vous le plus beau morceau ambient des années 90, et on rentre à la maison.

Lire la suite...

Si Popol Vuh existaient encore en 2014, leur musique ressemblerait peut être à celle de Tsantza

Premier extrait de la première cassette de ce duo parisien, à sortir sur SVN SNS RCRDS.
13.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2FFlute-chromatique-3-81.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Flute-chromatique-3-81%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216000%22%2C%22file%22%3A%2222026%22%2C%22width%22%3A%22600%22%2C%22height%22%3A%22623%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2FFlute-chromatique-3-81.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216000%22%7D%7D%7DEn musique électronique, il demeure très important de rester à la page des trends. Pour deux bons tiers des musiciens soucieux d'exister dignement dans le game (l'autre tiers étant constitué à moitié de visionnaires qui pondent comme bon leur semble et de vieux beaux à la ramasse), c'est même vital. Et si ça la fout un peu mal pour tous ces groupes embarrassants qui revirent leur cuti tous les deux ans comme Silmarils ou Rinôçérôse en leur temps, on continue à trouver ça très sain: la musique n'avance en effet pas uniquement grâce aux accoups des inventeurs isolés mais aussi, surtout, par lames de fond formelles et interconnexions généralisées.

Ainsi Tsantza, duo formé de deux membres du groupe synthpop en français Night Riders et nommé en hommage aux fameuses têtes réduites des Indiens Jivaros, tente aujourd'hui sa chance dans le domaine hautement concurrentiel de la techno analo, celle qui s'improvise un spliff à la bouche et les doigts sur les boutons et qui se distribue plus volontiers en cassette qu'en white label.

Lire la suite...

Downliners Sekt et patten étaient faits pour s'entendre

Du coup le remix des uns par l'autre fait de la très belle pâte à tartiner les oreilles. Stream.
13.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2FDownlinersSekt430.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22DownlinersSekt430%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215994%22%2C%22file%22%3A%2222020%22%2C%22width%22%3A%22430%22%2C%22height%22%3A%22430%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2FDownlinersSekt430.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215994%22%7D%7D%7DEn voilà 3 qui étaient faits pour s'entendre. A ma gauche, les deux franco-barcelonais de Downliners Sekt, amateurs de bass music supra sensuelle et d'ondes sonore instables; à ma droite, le Britannique patten (omission de la majuscule volontaire), réputé pour ses errances largement imprévisibles dans les matières sonores les plus improbables mais qui finit toujours par en extirper de la beauté.

Au cube, forcément, ça fait des étincelles. Ou plutôt, de la bien belle pâte à tartiner les oreilles, tout juste liée à la bass music britannique par un fil de soie mais dont la manifestation physique sur la membrane de l'enceinte semble plutôt être le fait d'un mage maléfique. C'est extrait de Silent Ascent Remix, version moulinée de leur album de cette année où apparaissent également Chevel, Monomood et Blondes, et c'est dispo dès aujourd'hui sur Infiné partout où vous avez l'habitude de vous achalander.

Lire la suite...

Band X vous prouvent qu'audace avant-gardiste et fromage peuvent faire bon ménage

On écoute un extrait de leur unique album réédité ces jours sur BBE.
10.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2F3129.jpg%22%2C%22alt%22%3A%223129%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215978%22%2C%22file%22%3A%2221995%22%2C%22width%22%3A%22400%22%2C%22height%22%3A%22600%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2F3129.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215978%22%7D%7D%7DPetit conseil aux googleurs compulsifs: si vous cherchez des infos sur Band X, tapez directement le nom de Craig Peyton, le vibraphoniste et compositeur à l'initiative du projet (également connu dans la communauté new age pour avoir vaincu le cancer avec l'aide d'un guérisseur). Parce qu'entre X, le fameux groupe punk de L.A. et le Génération X de Billy Idol, ce groupe éphémère et quasi exclusivement connu des diggers spécialisés dans le rare groove a peu de chance de remonter dans vos recherches.

Quelque part, c'est assez normal: au croisement du groupe de prog binoclard, du superband fusion funky et de la connerie novelty, Band X était une sacrée bande de pervers qui ne méritait pas le moins du monde que la Fée postérité se penche sur leur berceau. Présenté par BBE qui réédite ces jours leur unique album titré ironiquement The Best of Band X (on connaît d'autres petits rigolos qui ont eu la même idée) comme un "groupe de jazz au sens large" avec un "feeling synthétique", Band X réalisait même l'exploit si ce n'est inédit, rarissime d'être à la fois plus excentrique, plus novateur et plus cheesy que la plupart des groupes fusion ou soft rock de leur temps.

.1
Band X
Afterthought
00:06:01
{"playlistId":"938","id":"3902","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8xMC8wNCBBZnRlcnRob3VnaHQubXAz","artist":"Band X","title":"Afterthought"}

Lire la suite...

Ecoutez ce beau mix promo d'Objekt pour Self-Titled

Et admirez la belle ouvrage.
08.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-10-08%20%C3%A0%2014.22.34.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-10-08%20%C3%A0%2014.22.34%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215965%22%2C%22file%22%3A%2221977%22%2C%22width%22%3A%22627%22%2C%22height%22%3A%22627%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-10-08%20%C3%A0%2014.22.34.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215965%22%7D%7D%7DC'est peut-être une déformation professionnelle mais je trouve qu'il y a quelque chose de pas mal "couillu" à ouvrir un mix avec un remix de Björk en 2014, d'autant plus quand il s'agit d'un mix promotionnel visant à assurer le "buzz" autour de la sortie de son premier album. Ça s'explique. Comme on a déjà eu l'occasion de l'écrire quelques fois (la dernière pas plus tard que la semaine dernière), le brillant Objekt est loin d'être le pêcheur de trends le plus appliqué du paysage électronique actuel - sa propre musique consciencieusement sculptée sous un microscope remontant même largement à contre-courant du Zeitgeist esthétique, qu'on pourrait résumer hâtivement avec les épithètes "crade", "flou" et "brut".

Lire la suite...

Offrez-vous 12 minutes et 59 secondes d'extase kraut avec cet extrait du nouveau Horse Lords

Sérieux ce quatuor de Baltimore peut vous envoyer sur la Lune.
08.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2Fjpg.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22jpg%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215961%22%2C%22file%22%3A%2221973%22%2C%22width%22%3A%22855%22%2C%22height%22%3A%221098%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2Fjpg.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215961%22%7D%7D%7DJe n'apprendrai rien à nos lecteurs, pour la plupart collectionneurs des oeuvres complètes de Can, Neu! ou Ash Ra Tempel, en disant que le krautrock s'épanouit plus volontiers dans la longueur que dans la brieveté pop.

Ainsi les quatre gaillards d'Horse Lords, quatuor poussé dans le vivier très vivace de l'underground indie de Baltimore (cf. Dan Deacon, cf. Lower Dens, cf. Matmos, cf. Dope Body) et dont le plaisir consiste vraisemblablement à confronter la psychédélie rèche du rock répétitif allemand aux instrumentations étranges de la galaxie rock in oppostion (de Henry Cow à Ruins) sont incapables de pondre un morceau de moins de 15mn, ou pour être plus précis en ce qui concerne le morceau ci-dessous, 12 minutes et 59 secondes (leur premier album, l'éponyme Horse Lords,  n'en contient que deux).

Lire la suite...

Offrez vous 7 minutes de bonheur avec cet edit inédit de Sun Ra signé Mike Huckaby

Petit apéro avant de se lancer dans la formidable anthologie du maître qui vient de sortir sur Strut.
08.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2F1526842_797454226933433_3853152590698997740_n.jpg%22%2C%22alt%22%3A%221526842_797454226933433_3853152590698997740_n%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215953%22%2C%22file%22%3A%2221965%22%2C%22width%22%3A%22800%22%2C%22height%22%3A%22855%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2F1526842_797454226933433_3853152590698997740_n.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215953%22%7D%7D%7DComme le savent tous les néophytes curieux qui ont tenté un jour d'aborder l'oeuvre de Sun Ra directement par la case disquaire sans prendre la peine de passer par les ouvrages des spécialistes, ce ne sont pas les rééditions et les anthologies qui manquent. C'est particulièrement le cas en cette année 2014, où l'on fête aussi dignement que possible les 100 ans de la naissance du Roi du free intergalactique avec moults remises à jour de son oeuvre super pléthorique (c'est un euphémisme): mise à disposition via Enterplanetary Koncepts de 21 "classiques" de son catalogue pour la plupart indisponibles en 24bits sur iTunes, édition anniversaire du film Space is the Place.... Tout ça sans compter le gargantuesque The Eternal Myth Revealed Vol.1, coffret 30 cd paru en 2012 ordonné par Michael D. Anderson de la vénérable Sun Ra Archive dont les Ra Heads sont loin d'épuiser les mines de trésors.

Lire la suite...

Ecoutez un premier extrait du deuxième LP de Gunnar Haslam à sortir sur L.I.E.S.

Et n'apprenez rien de plus sur sa mystérieuse identité que le peu que vous en saviez déjà.
07.10.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F10%2FA-3379732-1404026694-3185.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22A-3379732-1404026694-3185%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215940%22%2C%22file%22%3A%2221952%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22484%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F10%2FA-3379732-1404026694-3185.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215940%22%7D%7D%7DRien que du simple dans ce premier extrait de Mirrors and Copulation, prochain LP (son deuxième) formidablement titré du New-Yorkais Gunnar Haslam à sortir sur L.I.E.S.: une mélodie boulotée une moitié par des toms de 808, l'autre par un TB-303 haut perchée, une bassline simple comme un article sur une sortie L.I.E.S. griffonnée par un plumitif sur un site de sales parisiens, des cymbales qui s'emballent et un gros thème presque peplumesque qui semble joué par un cor de chasse...

Et c'est pas plus mal pour notre petit article parce qu'en dépit de sa belle productivité et de sa fidélité au label de Ron Morelli, on ne sait rien de plus de tangible au sujet de Gunnar Haslam que le jour où il a débarqué dans notre vie avec Mimesiak. On n'en saura probablement pas plus en novembre, quand Mirrors and Copulation sera sorti, ni en 2015, quand il aura sorti son magnum opus de drone rituel en 7 LP en collaboration avec Marian Zazeela et ma foi c'est très bien comme ça.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"author","title":"The Drone | Olivier Lamm","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/author\/20\/10\/olivier"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact