Blog

Hold Youth: Street My Baby

Vive la jeunesse.
10.02.2014,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2FHoldYouth-Credits_GooDMooDz-For-HalfBaked_2011.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22HoldYouth-Credits_GooDMooDz-For-HalfBaked_2011%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212202%22%2C%22file%22%3A%2217638%22%2C%22width%22%3A%22800%22%2C%22height%22%3A%22533%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2FHoldYouth-Credits_GooDMooDz-For-HalfBaked_2011.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212202%22%7D%7D%7DD'emblée, le nom du projet nous botte: "Hold Youth" pour "retenir la jeunesse", ne rien lâcher devant la maturité, le rédacteur médian de The Drone (qui affiche une trentaine bien entamée) aime beaucoup l'idée. Surtout dans le contexte d'un disque de house, en fait.

Formé par Seuil et Le Loupdeux DJ - producteurs français à l'expérience considérable (qui nous ont tous les deux fait l'honneur d'un Dronecast, ici et ici), Hold Youth est même le contraire d'un truc de vieux spécialistes relous qui tromperaient l'ennui en s'enfermant dans le savant. C'est du pur amusement

L'intention qu'on entend sur ce premier extrait de leur premier album ("De La Club"), c'est un retour à la source de la house la plus joyeuse, cartes sur table et jeune dans sa tête qui soit, celle pleine de samples, de chaloupe et de funk des premiers Moodymann, de son poulain Andrès ou de la French Touch adolescente.

Lire la suite...

Panier de crabes #19

La selection Techno et House de la semaine avec I:Cube, Lucy, Atom™, Mark Du Mosch, Beat Pharmacy...
07.02.2014,
The Drone

Mark Du Mosch "Bay 25" (Dekmantel)
J'ai honte mais j'assume, la première chose que j'ai faite lorsque j'ai lu le nom de Mark Du Mosch, c'est de faire une recherche sur Google Images. J'ai pas été déçu du voyage (vous vous ferez votre propre idée). Brisons les frontières de l'intolérance, les moqueries inhérantes à notre condition francophone, et applaudissont des deux mains ce premier maxi chez Dekmantel qui pour le coup a vraiment de la gueule.

Lire la suite...

Biosphere: Patashnik 2

Geir Jenssen ouvre le placard aux archives.
07.02.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2F189605_190161221021766_6194722_n.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22189605_190161221021766_6194722_n%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212185%22%2C%22file%22%3A%2217620%22%2C%22width%22%3A%22600%22%2C%22height%22%3A%22450%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2F189605_190161221021766_6194722_n.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212185%22%7D%7D%7DPatashnik est l'un des deux ou trois chefs d'oeuvre de la courte histoire de l'ambient house.

Sorti en 1994, c'est-à-dire la même année que le 76:14 de Global Communication et au moment précis où le genre commençait à décliner, le deuxième album de Geir Jenssen après son départ de Bel Canto et la dissolution de Bleep marque à la fois le pinnacle du style Biosphere première époque - farouchement technoïde, fier de ses basslines bleepy à la LFO et de ses breakbeats ramollis - et ses adieux à sa créature. Trois ans plus tard, il renaissait une troisième fois avec Substrata, première pierre angulaire de l'ambient polaire qui marque l'éclosion de l'immense auteur qui sévit aujourd'hui sur Touch.

Lire la suite...

Qoso: Jura

En exclu, le premier extrait du premier maxi de techno dédié aux distilleries de whisky.
07.02.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-02-06%20%C3%A0%2019.20.32.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-02-06%20%C3%A0%2019.20.32%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212184%22%2C%22file%22%3A%2217619%22%2C%22width%22%3A%22499%22%2C%22height%22%3A%22552%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-02-06%20%C3%A0%2019.20.32.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212184%22%7D%7D%7DEn écoutant "Jura", le morceau titre de ce nouveau maxi de Qoso sur In Paradisum, j'ai eu une étrange vision: celle d'un éleveur de bovins en combinaison khaki à double fermetures éclairs blanches, les mains sur les hanches, les pieds dans la boue, qui observe son troupeau de Montberliardes les sourcils froncés, l'air un peu inquiet. Il faut dire que le truc tranche pas mal avec le dernier EP en date du producteur parisien, Monica, qui fonctionnait à merveille mais qui sentait un peu le truc urbain, éduqué, enregistré dans un petit appartement propret.

Mais en fait, je me trompais.

De fait, un petit coup de Google nous apprend rapidement

.1
Qoso
Jura
00:04:57
{"playlistId":"793","id":"3349","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wMi8wMSBRb3NvIC0gSnVyYS5tcDM=","artist":"Qoso","title":"Jura"}

Lire la suite...

Leyland Kirby: Breaks My Heart Each Time

Du caractère potentiellement extrême de la jolie musique.
07.02.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2Favatars-000037592935-lt40xs-t500x500.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22avatars-000037592935-lt40xs-t500x500%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212178%22%2C%22file%22%3A%2217611%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22500%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2Favatars-000037592935-lt40xs-t500x500.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212178%22%7D%7D%7DHistoire de comprendre la liberté totale et inégalée dans le PEC* de la musique qu'il donne à écouter sur ce maxi, résumons rapidement la situation présente de James Leyland Kirby: en exil plus ou moins volontaire à l'extrême orient de l'Europe occidentale depuis une bonne décennie (depuis qu'il a eu la mauvaise idée de reproduire sans autorisation la pochette du "Relax" de Frankie Goes to Hollywood, en fait), l'ex V/VM n'a jamais eu autant de gens pendus à ses lèvres ni de labels prêts à sortir sa musique que depuis qu'il a décidé de larguer les amarres de tout. De fait, il lévite de plus en plus haut dans la grâce depuis qu'il a abandonné la satire et l'electronica d'Angleterre pour se coltiner ses fantômes et faire de la musique très sérieuse avec tout ce qu'il avait sur la patate.

.1
Leyland Kirby
Breaks My Heart Each Time
00:07:43
{"playlistId":"794","id":"3350","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wMi8xLiBCcmVha3MgTXkgSGVhcnQgRWFjaCBUaW1lLm1wMw==","artist":"Leyland Kirby","title":"Breaks My Heart Each Time"}

Lire la suite...

Willie Burns: Tab of Acid

Un EP qui laisse un arrière-goût métallique dans la bouche.
06.02.2014,
David Pais

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2Fwillie-burns-sink-tracksuit.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22willie-burns-sink-tracksuit%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212161%22%2C%22file%22%3A%2217594%22%2C%22width%22%3A%22784%22%2C%22height%22%3A%22472%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2Fwillie-burns-sink-tracksuit.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212161%22%7D%7D%7DLe quotidien de Willie Burns consiste à déplacer des cartons, coller des étiquettes, trier des vinyles plus vieux que lui chez The Thing, un bric à brac archi miteux de Brooklyn qu'il surnomme son "cimetière de disques". Regardez cette vidéo tournée dans le shop si vous voulez vous imprégner de son odeur de boule à mites.

Enterré vivant depuis des années dans cette fosse commune de diggers chiffoniers en malnutrition, William Burnett voit depuis quelques années la lumière du jour, via ses productions House superbement cafouillées, sorties sur des labels à la street-cred impeccable (L.I.E.S, Crème Organization ou The Trilogy Tapes pour ne citer qu'eux).

C'est sur ce dernier qu'il sort Tab of Acid, le si bien nommé, tant le morceau titre transperce le plafond et donne au papier peint une

Lire la suite...

Mark E: Bog Dance

La lenteur, c'est la vie.
06.02.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-02-06%20%C3%A0%2010.49.02.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-02-06%20%C3%A0%2010.49.02%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212134%22%2C%22file%22%3A%2217567%22%2C%22width%22%3A%22680%22%2C%22height%22%3A%22450%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-02-06%20%C3%A0%2010.49.02.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212134%22%7D%7D%7DLe truc qui distingue Mark E. de ses collègues, ce n'est pas son pseudo piqué à l'autre enfoiré de The Fall, c'est son amour des tempi escargot.

Découvert en plein engouement nu disco pour ses edits démoniaques de Janet Jackson, Grace Jones ou Táta Vega, ce disco freak originaire des cités sinistrées des West Midlands d'Angleterre a fait du 105 BPM sa cadence de référence à peu près exactement au moment où le syzurp déboulait sur les dancefloors house. Bien lui en a pris, ses tracks hybrides ont réappris le funk et l'espace à des milliers de danseurs qui se croyaient addict aux pieds qui pilonnent plus vite que les battements du coeur.

Lire la suite...

Radio Minus

Radio Minus: la web-radio des enfants du futur.
06.02.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2F1450948_628741513840209_1107659287_n.jpg%22%2C%22alt%22%3A%221450948_628741513840209_1107659287_n%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212125%22%2C%22file%22%3A%2217558%22%2C%22width%22%3A%22654%22%2C%22height%22%3A%22775%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2F1450948_628741513840209_1107659287_n.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212125%22%7D%7D%7DSi vous avez des gamins ou que vous vous rappelez de votre propre enfance, la musique pour bambins vous inspire sans doute des images cauchemardesques de mecs qui jouent du banjo déguisés en alligator, de chansons sur les gateaux à la carotte ou de Henri Dès qui fait répéter des rimes riches à un parterre d'enfants zombifiés.

Pourtant, il existe bel et bien des gens qui envisagent vos enfants comme des petits êtres doués de raison. On pense aux vétérans Dragibus, qui réinterprètent les comptines de Pologne ou du Vietnam en mode punk pour pogoter, Mami Chan qui fabrique ses propres instruments jouets ou aux excellents Carton Park, supergroupe formé de Gangpol und Mit, Mami Chan et Norman Bambi, dont les spectacles interactifs apprennent même à vos chérubins à se confronter à, euh, la Mort.

Lire la suite...

Mondkopf: Hadès

Stupeur et trompettes.
05.02.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2FMondkopf-by-Yann-Stofer.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Mondkopf-by-Yann-Stofer%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212099%22%2C%22file%22%3A%2217532%22%2C%22width%22%3A%22403%22%2C%22height%22%3A%22259%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2FMondkopf-by-Yann-Stofer.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212099%22%7D%7D%7DD'emblée, le très bizarre quatrième album de Paul Régimbeau nous fait plaisir pour une très singulière raison: le public auquel il s'adresse n'existe pas encore.

Lire la suite...

Kafka's Ibiki: カフカ鼾

C'est pas seulement bien parce que c'est Jim O'Rourke, c'est bien parce que c'est bien.
05.02.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F02%2Feiko%20ishibashi.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22eiko%20ishibashi%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212089%22%2C%22file%22%3A%2217522%22%2C%22width%22%3A%22712%22%2C%22height%22%3A%22449%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F02%2Feiko%20ishibashi.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212089%22%7D%7D%7DC'est le coeur rempli d'euphorie qu'on vous parlait il y a quelques mois de l'arrivée inopinée sur Bandcamp de Jim O'Rourke, héros intime, héros universel et emblème indéboulonnable de nos années 90 et 2000. Et on n'utilise pas l'adjectif "inopiné" à la légère - en retrait du biz de la musique indie et expérimental grosso modo depuis qu'il a coupé les ponts avec Sonic Youth et s'est installé au Japon pour devenir apprenti chanteur d'Enka, O'Rourke est surtout l'adversaire le plus acharné de la culture dématérialisée que vous pourrez trouver sur la planète, un fabuleux luddite enclin à vous sortir des laïus comme: "L’idée que quelqu’un passe une année à mixer un disque pour qu’il soit écouté en MP3 sur des écouteurs me semble complètement absurde. C’est comme regarder un film sur un Iphone. C’est complètement aberrant. Je n’arrive pas à comprendre. On ne voit pas le film, on en voit un fantôme."

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"The Drone | Blog","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/blog\/290\/10"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact