Blog

Ecoutez en exclu le premier album de Savages & Bo Ningen

Il s'appelle Words To The Blind et il envoie du bois.
10.11.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2F2014Savages_BoNingen_Press_SimonaMizzoni_190814.jpg%22%2C%22alt%22%3A%222014Savages_BoNingen_Press_SimonaMizzoni_190814%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216598%22%2C%22file%22%3A%2222729%22%2C%22width%22%3A%22552%22%2C%22height%22%3A%22368%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2F2014Savages_BoNingen_Press_SimonaMizzoni_190814.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216598%22%7D%7D%7D

Regardez bien la photo ci-dessus: est-ce qu'on peut parler de ce qu'il s'y passe capillairement parlant? Est-ce qu'on peut dire que c'est audacieux? Est-ce qu'il était écrit quelque part dans un livre au Ciel que la réunion de Savages et de Bo Ningen aurait un jour lieu pour que nous en soyions tous témoins? Est-ce que les cheveux des membres de Bo Ningen vont s'arrêter de pousser? Est-ce que ces huit musiciens entretiennent de si majestueuses chevelures dans le seul but de les agiter quand ils jouent de la musique ensemble? Est-ce qu'on peut pour autant parler de "musique de chevelus" pour désigner la musique qu'on entend sur Words to the Blind, leur premier LP commun?

.1
Savages Feat. Bo Ningen
Words To The Blind
00:37:36
{"playlistId":"966","id":"4011","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8xMS8wMV9Xb3Jkc19Ub19UaGVfQmxpbmQubXAz","artist":"Savages Feat. Bo Ningen","title":"Words To The Blind"}

Lire la suite...

Ecoutez et téléchargez un nouvel album intégral d'Aphex Twin sans débourser un centime

Ça s'appelle Modular Trax et comme son titre l'indique, c'est fait sur synthé modulaire.
10.11.2014,
The Drone

Lire la suite...

Panier de crabes #50

Le panier House et Techno de la semaine. Avec Eomac, DMX Krew, Barnt, Dense & Pika, Barac...
07.11.2014,
The Drone

Frank & Tony with DJ Sprinkles "Companion" (Scissor & Thread)

Difficile de faire plus deep que cette marmite de soupe house 90's signée du duo franco-ricain Frank & Tony main dans la main avec la géniale Terre Thaemlitz.  Quand on l'écoute, pourtant, on pense plutôt à un mets plat, genre tarte fine ou pizza.




Richy Ahmed "Sneaky Acid" (Hot Creations)

La connerie acid de la semaine ressemble presque à un vieux Orbital, elle est signée par un jeunot échappé de Rinse et éditée par le label de Jamie Jones et Lee Foss, habituellement plutôt orienté house pupute et magnum de champagne. Ce qui veut dire deux choses: que le revival acid continue de s'étendre, et qu'en toute logique, une TB-303 devrait bientôt faire une apparition remarquée sur un single de Zazie ou Johnny Halliday. 




Eomac "Su Riddim (Anno Stamm Remix)" (KILLEKILL)

D'abord, dire que les réalisateurs du clip ci-dessous, "the29nov films", sont des sagouins et des voleurs pour qui recadrer et appliquer un filtre pourri sur un classique du cinéma d'animation (en l'occurence Science Friction de Stan Vanderbeek) équivaut à "réaliser" un film. Ensuite, et c'est plus important, dire et redire que ce remix d'Eomac par Anno Stamm (alias Lars Stöwe alias Anstam alias ) est une petite chose terrible qui réussit l'exploit d'être ultra badass (cette bassline!) et ultra débile (ces trompettes!). 

Lire la suite...

Les coreux de Caen AUSSITOT MORT changent de nom en MORT MORT MORT.

On écoute leur nouveau 7", Le Chant des Sirènes, sorti sur Music Fear Satan.
07.11.2014,
Clément Mathon

Lire la suite...

Quel que soit l'angle par lequel on le prend, Pom Pom d'Ariel Pink est un chef d'oeuvre

Tentative d'analyse à chaud d'un grand disque compliqué.
06.11.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2Fariel.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22ariel%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216570%22%2C%22file%22%3A%2222699%22%2C%22width%22%3A%22900%22%2C%22height%22%3A%22600%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2Fariel.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216570%22%7D%7D%7D

L'écoute de Pom Pom, 9ème ou 10ème album d'Ariel Pink en douze ans de carrière, provoque un vertige comme peu de disques qui sortent en provoquent. Le dernier cas similaire doit remonter à R Plus Seven de Oneohtrix Point Never: dès la première tentative d'écoute, aux alentours de la deuxième ou de la troisième chanson, se mettent à bouillonner simultanément dans le crâne le sentiment très puissant d'avoir affaire à un objet lumineux de pertinence et de perspicacité quant à ses vues sur l'époque, et le constat délicieusement frustrant que les arcanes de cette pertinence échapperont forcément à toutes les explications, toutes les mises en perspectives, toutes les théories précisément parce que c'est une oeuvre d'art et que l'art est parfois le mieux placé pour capturer les choses qui échappent à la théorie.

Lire la suite...

Découvrez Ghost Culture, le nouveau petit protégé du boss de Phantasy Sound

Erol Alkan a peut-être trouvé le coin de l'est londonien où les petits génies à synthés jonchent le sol.
06.11.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2FGhost-Culture-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Ghost-Culture-1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216572%22%2C%22file%22%3A%2222701%22%2C%22width%22%3A%22900%22%2C%22height%22%3A%22500%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2FGhost-Culture-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216572%22%7D%7D%7D

Ecouter les premiers morceaux du dernier petit tombé du nid "musique électronique sortie du fog londonien" et petit protégé d'Erol Alkan, c'est d'abord faire preuve de prudence et de circonspection (j'ai toujours révé d'écrire cette phrase qui est une citation tout droit sortie de Basil Detective Privé): le coup du "j'ai trouvé un petit génie par terre, regardez comme il brille", on nous la fait une fois (Daniel Avery, j'écris ton nom), mais ça ne peut pas marcher à tous les coups, et surtout pas trop souvent, parce que des petits génie par terre, y en pas à tous les coins de rue, même à Shoreditch. 

Lire la suite...

Les pires sons de synthé du monde sont tous dans Clean-Cut, le nouvel album de Juju & Jordash

C'est une excellente nouvelle pour tous les gros pervers dans votre genre.
05.11.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2FJujuJordash_0.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22JujuJordash_0%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216560%22%2C%22file%22%3A%2222688%22%2C%22width%22%3A%22619%22%2C%22height%22%3A%22412%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2FJujuJordash_0.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216560%22%7D%7D%7D

La première chose qu'on remarque en écoutant le pas mal attendu (chez nous en tout cas) nouveau LP des excellents Juju & Jordash, c'est l'avalanche de samples idiots et son de synthé MIDI totalement décomplexés qui se sont glissés entre les nappes deep techno et les basslines mutines.

Lire la suite...

Xosar balance un nouvel album à télécharger pour un euro

Il s'appelle Psychick Justice et c'est super bien trouvé.
05.11.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2Fxosar.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22xosar%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216558%22%2C%22file%22%3A%2222686%22%2C%22width%22%3A%22513%22%2C%22height%22%3A%22413%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2Fxosar.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216558%22%7D%7D%7DDe retour de la Redbull Music Academy qui a eu lieu à Tokyo cette année, Xosar continue donc d'être la meilleure copine et aussi la meuf la plus détestée de toutes les filles qui rêvent de faire de la musique, d'être la copine de Legowelt (on me glisse dans l'oreillette qu'il s'agirait de son ex-copine mais là n'est pas question, on n'est pas sur Closer), de devenir une brillante neuro-scientifique-bac + 38 en maths et de tout lâcher pour aller fabriquer des albums à l'arrach' sur des synthés vintage en talons de 12 et avec de l'eye-liner toujours parfaitement posé sur les paupières mobiles. Vous trouvez que le début de cette notule pue l'aigreur?  

Lire la suite...

La Féline présente ses films gothiques préférés: playlist

Et ça en dit beaucoup plus que ce qu'on pourrait croire sur Adieu l'enfance, son premier album.
05.11.2014,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2F20140531-002224.jpg%22%2C%22alt%22%3A%2220140531-002224%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216517%22%2C%22file%22%3A%2222645%22%2C%22width%22%3A%22555%22%2C%22height%22%3A%22723%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2F20140531-002224.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216517%22%7D%7D%7D

La couleur des cheveux d'Agnès Gayraud mise à part, le gothique n'est la pas première chose à laquelle on pense quand on écoute les chansons de La Féline. Mais si on affilie volontiers ses chansons à la grande pop et à la chanson lettrée, Agnès peuple sa pop électronique de petites histoires sombres, d'incursions du passé dans le présent et de souvenirs brumeux. De sa propre initiative, elle nous éclaire aujourd'hui sur les obscurités de son premier album, le très beau Adieu l'enfance, à travers une étrange obsession: la veine gothique dans le cinéma d'auteur français.

"Adieu l'enfance vient de paraître. C'est chanté en français et c'est pop, mais avec des trous noirs; une tendance voilée pour le vertige nocturne. C'est mon côté goth, je le chéris. Comme il est nourri chez moi à peu près également de sons et d'images, je vous offre un mini-top de films français oubliés du genre, à voir en écoutant les titres "Rêve de verre" et "T'emporter" ou en prenant le thé avec la mort.

J'emploie gothique au sens classique du terme, comme on qualifiait les romans macabres et sentimentaux de la fin du XVIIIe siècle : un fantastique, plus ou moins explicite, peuplé d'incarnations plus ou moins effrayantes de la mort, fasciné par la pureté, l'innocence, mais hanté par le temps, la peur et bien sûr la mort qui rongent toutes ces beautés-là. Dans les années 70 en France, et jusqu'à la fin des années 80, quelques réalisateurs ont montré leur attachement à cette vieille passion esthétique, en la modernisant, avec, par ici, une pointe de psychédélisme, par là, une pointe du béton de nos villes bien fin vingtième siècle, à la limite de la SF. Ça donne des films mineurs pour la plupart, avec quelques perles voire des chef-d’œuvres. En voici quatre à vous mettre sous la dent – ou sous le chicot, pour les parques. 

Lire la suite...

Ecoutez les premiers extraits du nouvel album de Wiley à sortir sur Ninja Tune

C'est presque un retour aux sources du grime et c'est un miracle.
05.11.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F11%2FWiley%2Bpng.png%22%2C%22alt%22%3A%22Wiley%2Bpng%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2216523%22%2C%22file%22%3A%2222651%22%2C%22width%22%3A%22329%22%2C%22height%22%3A%22433%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F11%2FWiley%2Bpng.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2216523%22%7D%7D%7DDans quelle mesure peut-on excuser Wiley d'avoir produit le grime le plus bas de gamme qui soit alors qu'il est l'un des pionniers du genre? Doit-on oublier ses trois derniers albums (au rythme d'un par an depuis 2012) qui sont allés ramasser le pire de ce qui se fait aux Etat-Unis (oui, c'est de toi que je parle, EDM)? Alors même qu'on était tout excités à l'idée qu'ils arrivent parce qu'on avait cru à un début de réveil sur certains des morceaux de la mixtape Step 1-20 sortie au tout début de l'année dernière? C'est le coeur tout gonflé de souvenirs émus du milieu des années 2000 qu'on s'est dit que cette fois-ci, peut-être, si les dieux de l'East London avaient été cléments, que l'alignement des astres avait été favorable et que le thème astrologique de Wiley le permettait, son prochain album sur Ninja Tune serait plus proche du Terrible de Roll Deep que du dernier morceau de Tiesto

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"The Drone | Blog","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/blog\/41\/10"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact