Blog

James Cargill de Broadcast souhaite un joyeux anniversaire à feu Trish Keenan en partageant une demo belle à chialer

On prévient tout de suite, ça risque de remuer le couteau dans la plaie.
29.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2F3d5276c9.jpg%22%2C%22alt%22%3A%223d5276c9%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215807%22%2C%22file%22%3A%2221794%22%2C%22width%22%3A%22452%22%2C%22height%22%3A%22350%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2F3d5276c9.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215807%22%7D%7D%7DComme des milliers de fans à travers le monde, on reste inconsolables de la disparition de Trish Keenan, âme et voix des formidables Broadcast dont on s'est malheureusement rendus compte un peu tard à quel point elles importaient à nos petites vies de collectionneurs d'indie chancelant et de library music souffreteux.

Comme chaque année, on est donc à la fois heureux et éminemment émus de la manière dont James Cargill, son comparse et compagnon, salue sa mémoire. Cette année, il nous offre une version demo de "Tears In The Typing Pool", pic émotionnel de Tender Buttons dont on est ébouriffés de découvrir qu'il se passe très bien des enluminures de mellotron qui l'habillaient dans la version studio. On prie donc le ciel pour qu'en sus de l'album inachevé du duo promis à demi mots par le discret Cargill dans quelques intervierws, d'autres archives du genre voient le jour, pourquoi pas en disque, pourquoi pas dans un futur proche. Joyeux anniversaire, Trish Keenan.

Lire la suite...

Les faces B de Beak> sont plus belles que toutes les faces A de tous les projets de Thom Yorke réunies

La réédition en LP qu'on n'osait pas espérer.
29.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FA-1586859-1261915924.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22A-1586859-1261915924%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215799%22%2C%22file%22%3A%2221786%22%2C%22width%22%3A%22452%22%2C%22height%22%3A%22664%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FA-1586859-1261915924.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215799%22%7D%7D%7DC'est un disque dont on avait déjà récupéré les morceaux illégalement, parce qu'il n'était disponible à l'achat qu'en CD par correspondance ou en coffret limité sur les tables de merch, et on a beau être officiellement "fans" de la géniale danseuse de Geoff Barrow, Billy Fuller et Matt Williams, on est évidemment beaucoup trop snobs et idiots pour écrire "fans" sans guillemets, acheter des disques directement à des labels comme la plèbe des mélomanes amateurs et surtout faire la queue pour acheter des disques à la sortie des rares concerts qu'on daigne illuminer de notre présence.

On sait donc gré au groupe et à Invada de se dédire comme des gros cochons et de rééditer le Bonus Album de >> en LP et pour le monde entier, parce qu'on va enfin pouvoir l'acheter sans se faire remarquer, et parce qu'il a beau être composé à 100% de chutes de studio, on y trouve quelques-uns des plus beaux moments de la discographie du trio (dont le forcément glacial "That Cold", sans doute inspiré par un sale rhume attrapé au milieu de l'été ou par une écoute récente de n'importe quel chef d'oeuvre de This Heat - merci en passant au lecteur vigilant qui nous a fait remarquer ce fait - mais dont la hargne froide et intense évoque, par exemple, le punk politisé-malgré-tout, hyper mélancolique voire désespéré, du Crass tardif).

Lire la suite...

Il n'est pas rigoureusement impossible que le chanteur d'Iceage soit le chanteur de rock le plus intéressant de 2014

La preuve avec deux extraits de leur nouvel album à sortir en octobre, Plowing Into the Field of Love.
29.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-09-29%20%C3%A0%2011.40.34.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-09-29%20%C3%A0%2011.40.34%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215792%22%2C%22file%22%3A%2221779%22%2C%22width%22%3A%22704%22%2C%22height%22%3A%22517%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202014-09-29%20%C3%A0%2011.40.34.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215792%22%7D%7D%7DNe me demandez pas pourquoi mais l'autre soir dans mon pieu, alors que, ruisselant de sueur, je tardais à trouver le chemin des songes, je me faisais la réflexion que notre époque manquait quand même cruellement de belles, grosses voix suffisamment étranges et singulières pour nous faire dévier du chemin de nos certitures esthétiques. Puis, quelques jours plus tard, en écoutant trop fort le nouveau Baxter Dury dans le métro pour essayer de comprendre le succès d'estime étonnant du cabot anglais, je me confortais à affirmer par écrit, sur un coin de moleskine, que cette carence expliquait sans doute notre promptitude à nous détourner si vite des nouveautés pop, même celles qu'on s'encense à soi-même, pour nous en retourner à des vieilleries de seconde zone souvent tombées dans notre notre discothèque par un coup de force du hasard.

Lire la suite...

Panier de crabes #42

Le panier house et techno de la semaine.
26.09.2014,
The Drone

Tin Man "No New Violence" (Absurd Recordings)

Assurément l'ouverture d'album techno la plus subtile et la plus émouvante depuis un bail, "No New Violence" fait un pont d'or entre la M-Series de Maurizio et les Artifakts de Plastikman. Osez donc me dire que c'est pas réussi.




Marquis Hawkes "Can't Find A Reason" (Houndstooth)

Les voix de diva r'n'b en survet' dans la house pupute, c'est comme l'huile d'olive dans les épinards ou le sésame sur une tranche de thon grillé: on connaît par coeur mais y a rien de mieux pour épater la galerie.


Ekman "Entropy" (The Trilogy Tapes)


J'ai beau fouiller dans le cloaque d'idées noires et d'insanités qui me sert d'esprit cet après-midi, une seule punchline me semble à propos pour évoquer le gros morceau du dernier Ekman sur TTT: sous la bretelle d'autoroute, personne ne vous entendra crier. C'est très sérieux. Car si le groove ressemble à trois fenêtres Youtube ouvertes en même temps qui jouent trois fois le même morceau de Model 500, son atmosphère délétère n'a qu'un équivalent: L'Île de béton de J.G. Ballard, chef d'oeuvre d'extrapolation dystopique où, suite à un accident de voiture, un Robinson des temps modernes doit apprendre à survivre dans un terrain vague en contrebas d'un autoroute. Je suis persuadé que Ballard est l'auteur de chevet de 80% des producteurs qui publient leurs saloperies sur Opal Tapes, L.I.E.S. ou The Trilogy Tapes.

Lire la suite...

Une secte c'est comme un groupe de rock. En mieux. Episode 1.

De la scientologie aux mormons straight edge, survol des relations entre illuminés de la pop et illuminés tout court.
26.09.2014,
Adrien Durand

Si vous avez déjà pris par hasard le métro à la sortie d'un concert de Cradle Of Filth ou Lady Gaga, vous vous êtes probablement demandé ce qui vous arrivait et qui étaient ces gens qui semblaient guidés vers une lumière divine, le sourire aux lèvres et un air ahuri d'illumination sur le visage. Sans aucune ironie ou mépris, c'est avec ce genre de scène que j'ai fait ma première expérience sectaire de la musique (si on excepte la constitution des tops de fin d'année chez The Drone, bien entendu).  Car après tout qui peut mieux comprendre une star adulée par des cinglés qu'un mec qui se prétend le fils de Dieu, des étoiles ou de je ne sais quelle bêtise? Petit tour d'horizon de cette relation musiciens et gourous de sectes, aussi évidente qu'effrayante (première liste sélective et non exhaustive)

Lire la suite...

Le prochain album des Raspberry Bulbs sera-t-il en vente chez Urban Outfitters?

C'est du punk metal cracra et ça sort mi-novembre sur Blackest Ever Black.
25.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FRaspberry-Bulbs-IV-websize.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Raspberry-Bulbs-IV-websize%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215767%22%2C%22file%22%3A%2221738%22%2C%22width%22%3A%221000%22%2C%22height%22%3A%22756%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FRaspberry-Bulbs-IV-websize.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215767%22%7D%7D%7DEn d'autres lieux, d'autres temps, ce disque de Raspberry Bulbs aurait vu le jour de manière locale et confidentielle, sur un label engagé comme Havoc ou Amphetamine Reptile; il aurait été pressé à moins de 500 exemplaires, dont une bonne moitié aurait été mise à disposition du groupe pour qu'il l'écoule à la sortie des concerts donnés dans les 3 états limitrophes de son état natal; surtout, il aurait exclusivement été disponible chez quelques disquaires caractériels ou via des mail-orders où son titre aurait eu tout le mal à du monde à émerger de blocs de texte interminables mal photocopiés en caractères minuscules sur du papier jauni.

Lire la suite...

Ce mix de Robert Hood est le mix techno le plus beau et le plus profond que vous pourrez faire tourner en tâche de fond aujourd'hui

Il est signé Robert Hood et c'est une réédition.
25.09.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2Frobert_thumb.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22robert_thumb%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215764%22%2C%22file%22%3A%2221735%22%2C%22width%22%3A%22499%22%2C%22height%22%3A%22700%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2Frobert_thumb.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215764%22%7D%7D%7DC'est bon, cherchez plus. Ce mix que Papa Robert vient d'uploader sur son Soundcloud est tout simplement le plus beau robinet dez techno que vous pourrez laisser couler en bruit de fond pendant que vous bossez aujourd'hui.

Titré en hommage à son monstre de track du même nom sorti sur M-Plant en 1997au plus passionnant des sous-labels de Mute voire aux deux en même temps, ce petit monument érigé à la minimal-la-vraie-celle-qui-te-permet-de-passer-les-portes-de-la-perception-pas-celle-qui-ressemble-à-un-robinet-de-bière-tiède-comme-celle-qu'on-boit-dans-les-boîtes-au-bord-de-la-Spree-à-Berlin est initialement sorti en CD-R limités, numérotés et signés par le maître avec un Posca et disponible au compte-gouttes via quelques shops spécialisés. 

L'occasion de se réjouir est donc pour ainsi dire universel, autant du côté des néophytes qui souhaiteraient rythmer leur séance d'Excel de fin de mâtinée autant que pour les collectionneurs qui seraient passés à côté du disque à sa sortie en 2008. A noter enfin que Robert Hood a prévu de rendre le fichier téléchargeable incessamment sous peu.

Lire la suite...

Regardons ensemble, si vous le voulez bien, le nouveau clip de Koudlam

Bon dieu mais qu'est-ce que c'est que ce truc?
24.09.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FJamie%20Harley%204.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Jamie%20Harley%204%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215762%22%2C%22file%22%3A%2221733%22%2C%22width%22%3A%223543%22%2C%22height%22%3A%222085%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FJamie%20Harley%204.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215762%22%7D%7D%7DLa vidéo qui accompagne le morceau "The Magnificent Bukkake (1756 - 1785) - A World Of Love Remix" de Koudlam est à moitié un clip, à moitié une expérience de nettoyage du cerveau digne de celle d'Orange Mécanique. De ce fait, on s'interroge. Et comme on aime bien partager nos interrogations tardives du mercredi après-midi, on partage même en exclu le-dit clip de Koudlam, boss parmi les boss de la vidéo mindfuckée bizarre qui fait écarquiller les yeux. 

Lire la suite...

Partie de Craps #1

Chaque mois, les trucs qu'il faut écouter (ou peut-être pas) en rap.
24.09.2014,
Damien Besançon

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2Ftumblr_lpqr8p0UbL1r0rlgxo1_500.gif%22%2C%22alt%22%3A%22tumblr_lpqr8p0UbL1r0rlgxo1_500%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215752%22%2C%22file%22%3A%2221720%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22281%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2Ftumblr_lpqr8p0UbL1r0rlgxo1_500.gif%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215752%22%7D%7D%7D

NehruvianDOOM (Bishop Nehru & MF Doom) – Caskets (Lex records)

Oui, tout a fait, on a décidé de faire une veille rap sur The Drone. Et on inaugure la rubrique avec un morceau de MF Doom, le rappeur préféré de votre cousin backpacker qui n'a rien écouté d'autre depuis 2003. Vous pourrez y voir de la provocation et vous aurez sans doute un peu raison (rassurez-vous, il y aussi pas mal de rap débile d'Atlanta plus bas) mais franchement qui aurait parié que le vieux briscard du rap new-yorkais donnerait autant de sa personne sur cet album en collaboration avec le jouvenceau Bishop Nehru ? Il a non seulement concédé 9 prods inédites (ce qui, quand on sait que le bonhomme aime recycler les mêmes boucles depuis 15 ans, est un véritable exploit) mais rappe aussi sur une petite cinquantaine de mesures (on n'a pas compté). Sur ce troisième extrait leaké ce week-end – meilleur morceau de l'album – il offre même 70 secondes de rap parfait qu'on prendrait comme exemple s'il fallait absolument expliquer en quoi c'est cool de rapper avec du coton dans la bouche et à côté du beat.
 

 Run The Jewels (Killer Mike & El-P) – Oh My Darling Don't Cry (Adult Swim/Mass Appeal)

Depuis qu'il a fermé la boutique Def Jux, l'ex-Company Flow El-P s'est entiché de Killer Mike – qui n'était, avant qu'il s'occupe de son cas, qu'un second couteau du rap du sud, caché derrière Outkast. Il lui a produit un impressionnant album solo (R.A.P. Music en 2012), et a monté avec lui la franchise Run The Jewels dont la came est finalement bien plus excitante que ses solos prog-rap qui vieillissent mal.

Lire la suite...

La vie devrait être aussi simple que le nouveau clip de Cooly G.

Une first date, Londres et des survets assortis.
23.09.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202014-09-23%20a%CC%80%2014.35.53.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202014-09-23%20a%CC%80%2014.35.53%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2215740%22%2C%22file%22%3A%2221706%22%2C%22width%22%3A%22478%22%2C%22height%22%3A%22447%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202014-09-23%20a%CC%80%2014.35.53.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2215740%22%7D%7D%7D

Ce nouveau Cooly G est donc une nouvelle fois un condensé de Londres en barre, de la "London-Bass" futuriste adoucie au r'n'b, aux pommes d'amours et aux chichis. Comme à chaque fois qu'on poste un truc du genre sur The Drone, le cas de conscience esthétique n'est pas loin.

La question est toujours la même: qu'est-ce qui différencie la musique de Cooly G de tous ces trucs r'n'b dont on ne vous parle pas sur The Drone parce qu'on estime que ce n'est pas notre rôle de le faire? Qu'est-ce qui la rend si aimable? La ville qui l'a vu naître? Le passif de DJ de la Dame? Ses joggings? Le label qui sort ses disques? Comme personne n'a de réponses à ces interrogations d'une importance somme toute relative, et qu'elles n'empêchent personne de dormir, vous pouvez vous en tenir au visionnage du clip, apprécier le fait qu'il n'y ait pas toujours besoin de réfléchir à tout et vous satisfaire de l'histoire qui va avec: "Le clip est tiré d'un premier rendez-vous que j'ai (Cooly G) eu lorsque j'avais 21 ans. Le morceau l'est aussi. Je l'ai donc simplement rejoué - on est bien allé à tous ces endroits, à la foire. Et on est rentré à pied de là jusqu'à Brixton". Des fois, la vie, c'est pas plus compliqué que ça, Londres, des survets assortis et de la barbe à papa.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"The Drone | Blog","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/blog\/74\/10"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact