Blog

Notre damnation sera plus belle avec la Judgement Mixtape de Black Zone Myth Chant

C'est chopped & screwed par Low Jack et ça vient de sortir aux Editions Gravats.
27.05.2015,
Mathias Deshours

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2Fblackzonemythchant.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22blackzonemythchant%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219394%22%2C%22file%22%3A%2225897%22%2C%22width%22%3A%221440%22%2C%22height%22%3A%22560%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2Fblackzonemythchant.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219394%22%7D%7D%7D

« Comme de l'eau qui bout, les enfants sont tous fous ». Comme il est intrigant de constater à quel point la poésie d'une Brigitte Fontaine de 1969 parvient à se poser sans mal en calque sur l'œuvre de Black Zone Myth Chant. Déjà parce que Black Zone se maintient en ébullition. Une muse avisée ne vous autorise aucun repos. Et comme les enfants et les fous, notre sorcier des eaux noires a les yeux d'un esprit toujours informe.

Lire la suite...

Ne passez pas à côté de Zwei, le deuxième disque bien titré du Leipzigois Weber

Ça sort sur Holger, un label dont on ferait tous bien de collectionner les références.
27.05.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2Fweber_16656.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22weber_16656%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219390%22%2C%22file%22%3A%2225893%22%2C%22width%22%3A%22473%22%2C%22height%22%3A%22314%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2Fweber_16656.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219390%22%7D%7D%7D

Attention à bien lire l'affaire : Philipp Weber n'est pas un échappé de la techno de plus qui se serait refugié vers les courants agités de la musique expérimentale et de la déconstruction pour suivre la meute ou parce qu'il s'ennuyait trop dans les clubs ; non, s'il s'inscrit dans une quelconque filière, ça serait plutôt celle, ancestrale, des bidouilleurs de circuits imprimés sans foi ni loi de Germanie qui, de Cluster à Kreidler ou To Rococo Rot ou la bande autour d'A-Musik / Entenpfuhl / Sonig, n'a de cesse depuis 40 de perpétuer l'étrange électronique en terre teutonne.

.1
Weber
Dr. Clapper
00:06:02
{"playlistId":"1126","id":"4371","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8wNS8wMyBEci4gQ2xhcHBlci5tcDM=","artist":"Weber","title":"Dr. Clapper"}

Lire la suite...

Flavien Berger plonge dans les abysses d'Abyssinie avec un clip digne du générique de Thalassa (ou presque)

On serait pas fâchés de le voir à la Géode, celui-là.
26.05.2015,
Martin Ferreira

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202015-05-26%20%C3%A0%2013.09.29.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202015-05-26%20%C3%A0%2013.09.29%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219379%22%2C%22file%22%3A%2225881%22%2C%22width%22%3A%22841%22%2C%22height%22%3A%22462%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202015-05-26%20%C3%A0%2013.09.29.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219379%22%7D%7D%7D

L'Abyssinie : voilà un beau mot pour raconter une plongée amoureuse dans les Abysses. Le mot lui-même n'a rien à voir (L'Abyssinie était le nom archaïque utilisé par les Européens pour l'ancien Empire d'Ethiopie) mais comme nous l'a prouvé quelques fois un certain Serge Gainsbourg - influence évidente sur l'art de Flavien Berger - peu importe le sens, du moment qu'on a l'ivresse prosodique.

Lire la suite...

Dean Blunt reprend Prayer to God de Shellac en mode dub de blanc et on serait bien en peine de vous dire pourquoi

Les voies du Blunt sont impénétrables.
26.05.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2FDean-Blunt.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Dean-Blunt%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219380%22%2C%22file%22%3A%2225882%22%2C%22width%22%3A%22974%22%2C%22height%22%3A%22416%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2FDean-Blunt.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219380%22%7D%7D%7D

On vous relaie l'info parce que c'est gratuit et qu'on aime infiniment l'original, ouverture légendaire pour quelques bonne âmes (dont nous sommes) du 1000 Hurts de Shellac dans laquelle Steve Albini, en héritier très digne de Gesualdo, commettait le délicieux sacrilège de demander au Tout Puissant de l'aider à aller au bout du double-meurtre de la douce et de son amant :

Lire la suite...

Pépé Bradock vous offre un maxi merveilleux et gratuit enregistré au Red Bull Studios Paris

Génie + gratuit = ne procrastinez pas trop pour le télécharger.
26.05.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2Fimg_5279.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22img_5279%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219372%22%2C%22file%22%3A%2225873%22%2C%22width%22%3A%22981%22%2C%22height%22%3A%22654%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2Fimg_5279.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219372%22%7D%7D%7D

Je me suis interdit deux choses pour cette notule: mentionner l'épineux sujet du mécénat culturel privé dont l'action de Red Bull est l'exemple le plus intellectuellement accaparant ces jours pour l'amateur de musique électronique, et expliquer une énième fois pourquoi Pépé Bradock est "en or"  et l'un des plus grands producteurs de musique électronique français de tous les temps.

.1
Pépé Bradock
Abul Abbas
00:05:45
{"playlistId":"1127","id":"4372","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8wNS9BYnVsIEFiYmFzLm1wMw==","artist":"P\u00e9p\u00e9 Bradock","title":"Abul Abbas"}

Lire la suite...

Cette collaboration entre Errorsmith et Mark Fell est un peu plus intéressante que celle de Steve Vai et Joe Satriani

Un maxi superbe de bout en bout qui s'appelle Photogravity et qui sort sur Pan.
26.05.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2FErrorsmith-Mark-Fell.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Errorsmith-Mark-Fell%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219368%22%2C%22file%22%3A%2225869%22%2C%22width%22%3A%22616%22%2C%22height%22%3A%22440%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2FErrorsmith-Mark-Fell.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219368%22%7D%7D%7D

Attention, bonbon. Derrière son titre maths spé approved et le paysage de stylos stylisés de sa pochette, ce trois-titres qui marque le retour aux affaires d'Erik Wiegand (MMM, Smith'n'Hack) sous le nom d'Errorsmith depuis 2004 et sa première vraie collab' avec le brillant Mark Fell (Sensate Focus, SND, etc.) renferme quelques-unes des choses formelles les plus émouvantes entendues dans un maxi de house "expérimentale" depuis un gros moment.

Lire la suite...

Panier de crabes #70

Le panier house et techno de la semaine. Avec Tzusing, Kerrier District, KiNK...
22.05.2015,
The Drone

Minor Science "Closing Acts" (Whities)

Elle nous plaît décidément beaucoup, cette petite vague "cluster-ienne" de la techno européenne qui, de Barnt à cet Anglais (?) découvert via The Trilogy Tapes, oublie volontiers d'envoyer une caisse claire pour laisser tourner à l'infini ces plateaux de sons qui donnent l'impression que le temps a arrêté de dérouler son cours habituels de mauvaises nouvelles et d'accidents. Quelque part entre un vieux Isolée et cette taff de trop qui transforme l'apéro où on s'amuse en scotch interminable dans le canapé, "Closing Acts" est rien de moins que le chef d'oeuvre existentiel de la semaine.

 

Lire la suite...

Nos lives sur Arte Concert pour la Villette Sonique 2015

Thee Oh Sees, les Gories, Chocolat, Clark... Cette année encore, on filme la Villette Sonique pour vous.
22.05.2015,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202015-05-22%20%C3%A0%2012.20.37.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202015-05-22%20%C3%A0%2012.20.37%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219358%22%2C%22file%22%3A%2225859%22%2C%22width%22%3A%221356%22%2C%22height%22%3A%22729%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2FCapture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202015-05-22%20%C3%A0%2012.20.37.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219358%22%7D%7D%7D

Rendez-vous à 19h ce soir donc, pour le premier direct. Et pour ceux qui sont dans les parages, rendez-vous au bar pour les "discussions autour de la scène lo-fi de Loire-Atlantique, du son de la Grande Halle et des meufs qui vous ont tapé vos clopes au Village Labels" bien sûr.

Lire la suite...

Ideologic Organ réédite The Black Death de When, classique black ambient inspiré par la peste noire

Il vient de sortir chez les disquaires, on réédite notre article.
21.05.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F03%2Fsvartedauen-1900.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22svartedauen-1900%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2218370%22%2C%22file%22%3A%2224733%22%2C%22width%22%3A%22800%22%2C%22height%22%3A%22528%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F03%2Fsvartedauen-1900.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2218370%22%7D%7D%7D

"Le chaînon manquant entre Arne Nordheim et Mayhem". Si vous êtes un mélomane un tant soi peu représentatif des années 2010 (et comme vous êtes en train de lire The Drone, il y a de grandes chances que vous le soyez), vous avez écouté à peu près autant de musique électronique des années 60 que de black metal depuis qu'Internet est arrivé dans votre vie et les deux noms de la phrase ci-avant, extraite des liner notes riches en dythirambes  signées du harsh noiser Lasse Marhaug de cette réédition du projet le plus culte de l'artisan noise Lars Pedersen, vous sont tous les deux familiers. Arne Nordheim d'abord, est un pionnier de l'avant-garde musicale norvégienne, auteur de symphonies radicales, de concerti trous noirs et (surtout) de quelques oeuvres phares de la musique concrète européenne; Mayhem, ensuite, est le groupe de black metal le plus légendaire, le plus maudit et le plus notoirement drastique du séminal Black Circle norvégien. Ainsi, il n'est pas impossible qu'un groupe qui fait effectivement le lien entre les deux puisse constituer la plus belle découverte musicale de la semaine en court.

Lire la suite...

"Je ne me sens absent pour personne": Jim O'Rourke nous parle de son premier disque de chansons depuis 2001

Interview d'un éternel revenant.
21.05.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F05%2Fc45697b12f6632cc9f5185234f428932f06b28a8_tn647x298-1.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22c45697b12f6632cc9f5185234f428932f06b28a8_tn647x298-1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219356%22%2C%22file%22%3A%2225856%22%2C%22width%22%3A%22647%22%2C%22height%22%3A%22298%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F05%2Fc45697b12f6632cc9f5185234f428932f06b28a8_tn647x298-1.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219356%22%7D%7D%7D

Des retrouvailles. Voilà l'impression que nous a fait l'écoute de Simple Songs, le premier disque de chansons de Jim O'Rourke depuis Insignificance en 2001. Pas que ses autres activités de compositeur, d'improvisateur, de producteur et de musicien nous intéressent moins fort  (les 19 références virtuelles de son label-maison Steamroom parues ces dernier mois nous ont à peu près toutes passionnés) mais depuis Camoufleur de Gastr del Sol (le duo qu'il composait avec David Grubbs, dissolu en 1998) et la sainte trilogie "roeguienneBad Timing / Eureka / Insignificance, cet immense inventeur de formes qu'on admirait pour sa science et son incroyable versatilité (de la laptop music jusqu'à la musique improvisée en passant par le post-hardcore) est devenu l'un de nos songwriters préférés.

On est donc aux anges qu'en dépit de tous les pronostics et de toutes ses déclarations depuis dix ans qu'il a laissés en plan Sonic Youth, le succès d'estime et la carrière pour la vie chiche au Japon, O'Rourke soit finalement revenu à l'art difficile de la chanson, même si c'est peut être la dernière fois, même si ce nouveau disque est tout sauf une résurrection. Pas si pop et pas simple pour un sou, toujours aussi dense, complexe et composite, Simple Songs est surtout l'occasion d'entendre de nouveau sa voix, si frêle et si surprise de sonner si peu faux, qu'on fut les premiers surpris à aimer si fort malgré ses faiblesses et ses excentricités. L'entretien ci-dessous a eu lieu via Skype le 12 mai dernier, pendant qu'un typhon faisait trembler les murs de sa maison, à Tokyo.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"The Drone | Blog","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/blog\/74\/10"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact