Articles taggés
"

indie

".

John Frusciante a ouvert une page Bandcamp et il a beaucoup de musique inédite à vous faire écouter

Dont du breakcore tout mignon et des ballades poucraves avec le mec de The Mars Volta.
25.11.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F11%2FJohnFrusciante-smoking-wide.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22JohnFrusciante-smoking-wide%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2221779%22%2C%22file%22%3A%2228646%22%2C%22width%22%3A%221064%22%2C%22height%22%3A%22613%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F11%2FJohnFrusciante-smoking-wide.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2221779%22%7D%7D%7D

John Frusciante, ou le portrait de l'artiste en jeune geek. Toujours aussi ardu à suivre dans ses sautes d'humeur et circonvolutions médiatiques (en gros, il décide tous les 6 mois d'arrêter la musique avant de se dédire la semaine suivante), l'ex Red Hot Chili Peppers devenue diva héroïnomane fétiche des amateurs d'indie avec des idées et des tripes vient de téléverser sur Bandcamp plusieurs albums, mini-albums et autres brouillons isolés de ses expériences musicales de ses dernières années, réalisés pour la plupart sans penser ni à sa carrière ni à son public bien aimé.

.1
John Frusciante
Untitled 5 mix 2!!
00:03:26
{"playlistId":"1251","id":"4733","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8xMS9Kb2huIEZydXNjaWFudGUgLSA0LVRyYWNrIEd1aXRhciBNdXNpYyAtIDA1IFVudGl0bGVkIDUgbWl4IDIgISEubXAz","artist":"John Frusciante","title":"Untitled 5 mix 2!!"}

Lire la suite...

C·30 C·60 C·90 Go! #4

Chaque mois, la revue des sorties cassettes qui valent le coup un peu, beaucoup, à la folie, passionnément.
09.11.2015,
The Drone

Compilation "Anti-Mimesis" (Das Andere Selbst)

Attention, cassette magique. Anti-Mimesis fait partie de cette catégorie de compilations très rares remplies de morceaux à peu près tous mortels et passionnants qui donnent l'impression de découvrir d'un seul geste toute une scène dont on n'avait jamais entendu parler (en dépit de la demi-douzaine de radars semi-défectueux qui fouillent tant bien que mal sur la plupart des territoires du monde connecté) en même temps que trois ou quatre nouveaux sous-genres de musiques non-repertoriés aux confins de l'indie truc et de la musique électronique qui s'en fout du futur ou de vous faire danser. Si le label, Das Andere Selbst, n'était pas aussi confidentiel, si le truc ne sortait pas exclusivement en cassette fabriquée à la main et si le propos de tous ces artistes n'étaient pas avant tout l'artisanat et l'humilité (leur crédo : on invente mieux dans sa chambre que partout ailleurs dans la maison), on ne se gênerait pas pour sortir les grands formules du type "compilation manifeste". Pour toutes les raisons ci-avant évoquées, on se retiendra mais on vous conseille tout de même chaleureusement l'achat de cet Anti-Mimesis très dense en amour de la musique et en belles idées et on punaise sans hésiter la petite maison berlinoise Das Andere Selbst sur le tableau encadré en or des labels à surveiller de très près à toutes les saisons. (OL)
 


Jacober "The Gray Man" (Geographic North)

"Exorciser l'esprit bienveillant du fantôme d'un homme transi d'amour ardent qui doit traverser les marais instables de Caroline du Sud pour rejoindre sa fiancée" : voici le programme haut en couleurs et en sentiments contradictoires que s'est fixé Dave Jacober, batteur de nos chouchous post-hardcore de Dope Body et complice de longue date de Dan Deacon, pour sa première cassette en solo. Armé d'un marimba, d'un ordinateur et de quelques pédales d'effet sommaires, l'Américain s'est installé dans la cabine de plage de son grand-père, dans la station balnéaire d'Ocean City, Maryland, pour composer des jolis tableaux atmosphériques qui ne sont pas dénués de références aux aînées (Arthur Lyman, père du marimba exotica, est dans les parages en permanence) mais qui ne jouent pas pour autant le jeu de la déférence. Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est inattendu, et très agréable à la consommation à jeun autant qu'intoxiqué au sucre. (MF)

 


_moonraker "Aver" (_bruxist)

Qui se souvient de Hypermodern Jazz 2000.5, ce disque tout pété, incroyablement prétentieux (le titre n'est pas du second degré) et merveilleusement dur à écouter sorti par Alec Empire pendant son "âge d'or" expérimental (1995 - 1997) sur Mille Plateaux ? Et bien cette cassette de _moonraker, producteur farouchement mystérieux et mystérieusement adepté de l'underscore repéré chez les branchés pour un maxi (excellent) sur The Trilogy Tapes donne un peu la même impression : celle d'écouter un petit con aux aguets, hardi et sans doute pas dénué d'orgueil autant capable de prescience supersonique digne d'Autechre (le magnifique "Returnal Din" en clôture) que de jouer du synthé au coude en regardant vers le tube fluorescent avec lequel il éclaire la cave sordide qui lui sert de studio. Moitié super brillant, moitié portnawak, comme un bon vieux Hype Williams en somme. (OL)

.1
Radis Benu
American Primitivism
00:08:02
{"playlistId":"1237","id":"4719","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8xMS8yNTY4MDgzMzgwLm1wMw==","artist":"Radis Benu","title":"American Primitivism"}

Lire la suite...

A propos de l’inattendue et réjouissante réédition du premier album de Shocking Pinks par le plus petit label indé français.

Interview du boss de Spiral Jetta, un vrai type de 2015 pour qui c'est normal de s’endetter pour sortir un disque.
29.10.2015,
Fred Landier

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F10%2Fshocking-pinks.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22shocking-pinks%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2221375%22%2C%22file%22%3A%2228216%22%2C%22width%22%3A%22425%22%2C%22height%22%3A%22304%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F10%2Fshocking-pinks.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2221375%22%7D%7D%7D

La réédition surprise du génial premier album de Shocking Pinks va peut-être nous faire réévaluer l'importance de ce groupe parmi tant d'autres sur lequel, pour être honnête, on ne s'était jamais vraiment attardés. Une réédition réjouissante donc, parce que cela va permettre à une grande majorité d'entre vous (nous compris) de (re)découvrir un album vraiment super, sorti il y a plus de dix ans en total DIY en Nouvelle Zélande. Mais cette réédition est surtout vraiment inattendue, parce que jamais on aurait imaginé que Spiral Jetta Recordings, micro label des différents projets perso pop electro glam-geek d'un jeune homme moderne, sortirait un jour un disque pareil. Autant dire que cette réédition "pour la première fois en vinyle" est donc aussi une occasion en or de vous parler de ce label dont vous n'avez probablement jamais entendu parler : l'interview qui suit de l'attachant Cyril, l'homme à cheveux long aux commandes, vous donnera ainsi de nombreuses réponses à quelques questions que vous ne vous seriez jamais posées.

Lire la suite...

Le clip de Divers de Joanna Newsom réalisé par Paul Thomas Anderson se regarde en ligne

Fumées colorées + montagnes + histoires de pêcheurs = truc grandiose.
27.10.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F10%2Fjoanna_newsom.png%22%2C%22alt%22%3A%22joanna_newsom%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2221348%22%2C%22file%22%3A%2228184%22%2C%22width%22%3A%22928%22%2C%22height%22%3A%22498%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F10%2Fjoanna_newsom.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2221348%22%7D%7D%7D

C'est le seul et unique clip dont on trépignait qu'il débarque sur Youtube pour vous le montrer : celui du morceau-titre du grandiose (oui, maintenant on l'affirme) Divers de Joanna Newsom réalisé en amitié par l'un des cinéastes les plus passionnants en activité, Paul Thomas Anderson (Boogie Nights, There Will Be Blood, The Master, Inherent Vice...).

Lire la suite...

On écoute le nouvel album de The Mantles, et son éternel idéal twee-pop romantico-puceau

Sortie le 16 octobre sur Slumberland Records.
09.10.2015,
Marc-Aurèle Baly

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F10%2F11017539_10153426872134376_4409982959161112701_o-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%2211017539_10153426872134376_4409982959161112701_o-1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2221001%22%2C%22file%22%3A%2227759%22%2C%22width%22%3A%221660%22%2C%22height%22%3A%221016%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F10%2F11017539_10153426872134376_4409982959161112701_o-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2221001%22%7D%7D%7D

Slumberland Records est un label américain qui s'est fait la spécialité de dépoussiérer et d'exhumer une partie du catalogue Sarah Records, apportant avec lui du même coup toute l'esthétique mignonette-souffreteuse du label anglais des années 80 (qui, on le rappelle, a été un des seuls à savoir quand s'arrêter). Pour faire large, ce qu'on appelait à l'époque la twee-pop ou la pop anorak s'est trouvée réactualisée il y a quelques années par une pelletée de groupes aussi divers que Crystal Stilts, The Pain of Being Pure at Heart, Dum Dum Girls, Girls Names, j'en passe et des meilleurs (vous vous souvenez de Sea Lions? Probablement pas et c'est bien dommage). Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si les groupes précités ont tous été signés sur Slumberland, qui, avec Captured Tracks ou Mexican Summer, s'est un peu trouvé intronisé parangon de ce revival indie pop qu'il n'avait probablement jamais connu et qui s'était de toute façon déroulé de l'autre côté de l'Atlantique vingt ans auparavant. 

Lire la suite...

Une fois n'est pas coutume, le visionnage de ce clip de Mike Krol ne porte absolument pas à conséquence

Ça s'appelle La La La et c'est aussi con que ça en a l'air.
07.10.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F10%2Fmikekrol.png%22%2C%22alt%22%3A%22mikekrol%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220929%22%2C%22file%22%3A%2227684%22%2C%22width%22%3A%22762%22%2C%22height%22%3A%22491%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F10%2Fmikekrol.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220929%22%7D%7D%7D

Ce morceau s'appelle "La La La", il aurait tout aussi bien pu s'appeller "Good Clean Fun" (comme le groupe de HxC) ou "Nevermind" (comme ce que vous voulez). Il raconte vraisemblablement des tas de choses sur la dépression et le déni de la dépression qui en est l'un des symptômes les plus criants (cf. ces moments où on se bouche les oreilles pour ne pas entendre sa copine ou son meilleur ami vous dire vos quatre vérités?) mais il fait un exutoire pop garage punk d'autant plus pur et charmant qu'on ne prête pas trop attention à son ironie cinglante et à la mise en abyme que façonnent un peu laborieusement ses mots grimaçants. Ditto le personnage de Mike Krol tout entier, d'ailleurs, qui ne gagne pas grand chose à être analysé en regard du contexte back to basics dans lequel il a émergé ces dernières années (et du train garage post Thee Oh Sees dans lequel il a sauté en marche).

Lire la suite...

Tiens, il y a un nouveau Tortoise en janvier et un premier extrait à écouter

Et bim, la banane sur le visage de tous les trentenaires bedonnants dans la pièce.
06.10.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F10%2Ftortoise-vkyc.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22tortoise-vkyc%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220915%22%2C%22file%22%3A%2227657%22%2C%22width%22%3A%22600%22%2C%22height%22%3A%22474%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F10%2Ftortoise-vkyc.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220915%22%7D%7D%7D

C'est le Youtube surprise de la journée: un premier extrait d'un nouveau Tortoise titré The Catastrophist, annoncé sur Thrill Jockey pour le 22 janvier et dont on n'avait, jusqu'ici, absolument pas entendu parler. On le découvre en même temps que vous (ou presque, on l'a écouté trois fois) et on apprécie direct ses couches d'orgue reichiennes résolument pépères et farouchement mélancoliques parce que Tortoise nous accompagne dans la vie depuis qu'on a l'âge de voter. Par contre, on attend d'en entendre plus pour voir si ça peut intéresser ceux de la génération d'avant et (surtout) ceux de la génération d'après.

Lire la suite...

Donc Battle of Brisbane de Kitchen's Floor est le disque de rock le plus captivant qu'on a écouté depuis longtemps

Il vient de sortir en LP sur Bruit Direct et il s'écoute en entier.
08.09.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F09%2Fkitchens-floor1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22kitchens-floor1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2220425%22%2C%22file%22%3A%2227003%22%2C%22width%22%3A%22438%22%2C%22height%22%3A%22300%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F09%2Fkitchens-floor1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2220425%22%7D%7D%7D

Il est où le sang neuf? Il est où le vent frais? A force de déplorer qu'ils ne coulent (le sang) ni ne soufflent (le vent) presque plus nulle part, on en oublierait presque que le frisson ne tient parfois à pas grand chose. Un peu de désespoir, une goutte de sève et un soupçon de radicalité suffisent souvent à prendre en embuscade l'auditeur le plus désespéré du tiède qui a l'air de régner partout et du trop compliqué qu'on nous vend comme de la nouveauté.

.1
Kitchen's Floor
Doomed
00:04:21
{"playlistId":"1164","id":"4443","mp3":"bWVkaWEvMjAxNS8wOS9CMSBEb29tZWQubXAz","artist":"Kitchen's Floor","title":"Doomed"}

Lire la suite...

C·30 C·60 C·90 Go : #3

Chaque mois, la revue des sorties cassettes qui valent le coup un peu, beaucoup, à la folie, passionnément.
02.09.2015,
The Drone

Patrick Higgins "Social Death Mixtape" (NNA Tapes)

Avec son groupe Zs (minimalistes no wave et bruitistes de Brooklyn), Higgins semble parfois composer l’album que Battles n’arrive pas à sortir. Seul, il sort une vraie mixtape, associant divers exercices et morceaux réalisés entre 2009 et aujourd’hui, spécifiquement pensés pour le format cassette - œuvre vivante se déformant à l’usure de la bande. Ici, Higgins cherche l’erratique, la sérendipité - voire l’erreur harmonique - dans les musiques répétitive (le minimalisme américain, Riley et Glass en tête) et concrète. C’est truffé de citations comme de temps réels improvisés et Higgins en sort auteur d’un sérialisme discontinu et percuté. Une expérience physique relativement éprouvante, offerte par NNA Tapes. MD




Paul Jones "No Call From Rasmus While Jogging" (Das Andere Selbst)

C'est tout à la fois la cassette la plus étrange et la plus émouvante de ce batch. Lointainement associé au mythique label Flying Nun (il a produit un album de Ghost Club) et co-taulier du label londonien Stolen Recordings (Bo Ningen, Jeff the Brotherhood...), le Néozélandais Paul Jones fait partie de cette belle race de guitariste de chambre à coucher qui s'enregistrent comme ils respirent sur des beaux enregistrements intimistes où on les entend respirer (et regarder la télé). Quelque part entre Pentangle, l'éternel Fahey du Delta (quand il attrape le slide) et les pavanes lacrimales ancestrales de John Dowland, Paul Jones fait quelque chose de très beau avec son spleen et ses dix doigts. Par contre, ne nous demandez pas d'expliciter le titre, parce qu'on ne sait niquedouille de ce qui se trame derrière cette histoire de Rasmus qui devait appeler pendait qu'on courait. OL


Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"tag","title":"The Drone | indie","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":"list\/tag\/20\/10\/indie"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact