Luke Vibert: Stabs of Regret

Amorce de révolution chez l'éternel ado des Cornouailles.

18.03.2014, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F03%2Fartworks-000000674466-4npprm-original.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22artworks-000000674466-4npprm-original%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212863%22%2C%22file%22%3A%2218348%22%2C%22width%22%3A%221180%22%2C%22height%22%3A%221754%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F03%2Fartworks-000000674466-4npprm-original.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212863%22%7D%7D%7DSi l'on y tenait vraiment, on pourrait séparer les innombrables disques de Luke Vibert en deux catégories: les légers colorés et les anxieux gris pastel. Évidemment, la séparation ne tient plus des qu'on se met à gratter les pigments à la surface - il y a de l'anxiété dans les couleurs vives et de la joie à trouver dans les couleurs passées - mais elle aide un peu à s'y retrouver.

Ainsi s'il fallait classer ce nouveau Ridmik qui paraît sur Hypercolour (plus un label de dance qu'un label d'IDM, c'est à préciser), on le rangerait sans hésiter à l'extrême droite de la deuxième classe, là où tout finit. Dégraissé de tout sample, de tout Rhodes et de toute harangue de Dictée magique, c'est même le disque le plus nocturne, voire funèbre de son auteur à ce jour. Pas que l'album soit dénué de funk et de bêtises, pas que les beats de 808 ou les courbes acides soient moins guillerets et gras que d'habitude, mais les paysages qu'ils bâtissent y sont étonnamment dépeuplés, les histoires qu'ils racontent étrangement oppressantes. Ce n'est sans doute pas par hasard que le premier morceau que le label propose à en écouter s'appelle "Stabs of Regret".

Pour n'importe autre auteur de la musique électronique, on aurait parlé de sobriété. Pour Vibert l'éternal ado bouffeurs de grooves des Cornouailles, on soupçonnerait presque l'événement existentiel. Plus radical que Yoseph, plus frontalement caustique que les trucs d'Ace of Clubs, Ridmik annonce en tout cas une amorce upture dans la carrière du Britannique, un peu comparable à celle enclenchée par la série des Analords pour son vieux compadre cornouaillais Aphex Twin. Il va sans dire en outre que le truc est indispensable.



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F03%2Fartworks-000073788396-t0mvr8-t500x500.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22artworks-000073788396-t0mvr8-t500x500%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212862%22%2C%22file%22%3A%2218347%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22500%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F03%2Fartworks-000073788396-t0mvr8-t500x500.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212862%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
5
Articles suivants

Lewis : L'Amour

Réédition par Light In The Attic Records de l'album le plus mystérieux de 1983.
18.03.2014,
Lucie Monpontet

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F03%2FUntitled-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Untitled-1%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212820%22%2C%22file%22%3A%2218305%22%2C%22width%22%3A%22675%22%2C%22height%22%3A%22430%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F03%2FUntitled-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212820%22%7D%7D%7DDix ans après la première réédition de Sixto Rodriguez qui a conduit au hit Searching for Sugarman, Matt Sullivan et Light In The Attic s'apprêteraient-ils à nous refaire le coup de la réédition miraculeuse? En tout cas, avec L'Amour de Lewis, ils ont tout le mystère qu'il faut pour faire un petit tabac.

Lire la suite...

Woo: 1001 Decisions

A la (re)découverte de la musique vague et sublime du duo anglais.
17.03.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F03%2FIves%20brothers.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Ives%20brothers%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212818%22%2C%22file%22%3A%2218303%22%2C%22width%22%3A%22320%22%2C%22height%22%3A%22284%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F03%2FIves%20brothers.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212818%22%7D%7D%7DLa précédente réédition de Woo, parue sur Drag City il y a deux ans, s'appellait It's Cosy Inside et c'était très à propos. De mémoire de mélomane, impossible en effet de penser à un disque plus singulièrement et unilatéralement accueillant que le deuxième album des frères Ives.

Lire la suite...

Stefan Goldmann: Fat Tails

Retour à la (quasi) normale pour la tête brûlée berlinoise.
17.03.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F03%2Fstefan-goldmann3r.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22stefan-goldmann3r%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212794%22%2C%22file%22%3A%2218279%22%2C%22width%22%3A%22600%22%2C%22height%22%3A%22401%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F03%2Fstefan-goldmann3r.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212794%22%7D%7D%7DUn beat tech house droit comme un "i", une séquence anxiogène-mais-pas-trop qui tournoie à contretemps, une basse qui file entre les coups de kick et une prod bien grasse pour enrober tout ça: ne serait-ce la grosse lame de rasoir sur la pochette, on croirait presque avoir affaire à un maxi M_nus ou la dernière sortie Crosstown Rebels.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Luke Vibert: Stabs of Regret | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/2229"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact