Opal Tapes vient de sortir une compilation en hommage au Parti Travailliste anglais dans la tourmente

Ça s'appelle New Labour et c'est plein de surprises.

25.06.2015, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F06%2Fopaltapes.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22opaltapes%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219792%22%2C%22file%22%3A%2226328%22%2C%22width%22%3A%221000%22%2C%22height%22%3A%22400%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F06%2Fopaltapes.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219792%22%7D%7D%7D

En vérité on n'a aucune idée de la teneur du lien entre le titre de cette compilation et la tourmente que traverse le New Labour depuis les General Elections du 7 mai dernier, mais on apprécie au moins autant le jeu de mots ("new labour" pour nouveau travail, pas mal) que le fond politique qui s'y cache éventuellement. Surtout, on apprécie le contenu de cette jolie anthologie de nouveautés signées pour la plupart par des nouvelles têtes ou quelques habitués parmi les moins célébrés du label (Perfume Advert, Ñaka Ñaka, Russell E.L. Butler), qui balaye de la deep house passée au grille pain à la techno big room passée à la machine à laver en faisant des grands gestes qui attrapent tout ce qu'ils peuvent attraper de trucs qui n'ont rien à voir avec la techno (shoegaze, noise, musiques de film) pour faire avancer le schmilblick de la house expérimentale de 2015. C'est bonnard et ça nous rappelle qu'on ne perd jamais son temps à aller faire un tour sur le Bandcamp du passionnant label de Stephen Bishop. Sinon en parlant de la working class anglaise, quelqu'un a lu The North (And Almost Everything In it) de Paul Morley? Je l'ai vu hier en paperback chez WH Smith et j'ai hésité à l'acheter.




%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F06%2Fa4132363618_10.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22a4132363618_10%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219793%22%2C%22file%22%3A%2226329%22%2C%22width%22%3A%221165%22%2C%22height%22%3A%221200%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F06%2Fa4132363618_10.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219793%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
5
Articles suivants

SEQUENCES, S01E11: Voiski

Figure centrale de l'explosion techno hexagonale en cours, Voiski ramène l'hydromel de Detroit dans le jeu.
25.06.2015,
The Drone



Quand la question s'est posée d'élire pour SEQUENCES un représentant de la partie puriste de l'underground techno français, le nom de Voiski s'est imposé comme une évidence. Signé sur Silicate Musique et sur L.I.E.S., autant capable d'envoyer le bois noisy que les plus belles nappes façon Detroit, Luc Kheradmand est du genre artisan discret dans la vie mais totalement bouillonnant dans la musique. N'oubliez pas de plonger votre bureau ou votre appart dans le noir avant d'apuuyer sur "play", et rendez-vous sur le site officiel de SEQUENCES sur Culturebox, ou sur le site dédié à la prise de son multicanal de Radio France, Nouvoson pour la suite.
 

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F06%2F11_voiski.jpg%22%2C%22alt%22%3A%2211_voiski%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-none%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219788%22%2C%22file%22%3A%2226324%22%2C%22width%22%3A%221000%22%2C%22height%22%3A%22667%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F06%2F11_voiski.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219788%22%7D%7D%2C%22html%22%3A%22%3Cimg%20src%3D%5C%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F06%2F11_voiski.jpg%5C%22%20alt%3D%5C%22%257B%2522model%2522%253A%2522Photo%2522%252C%2522src%2522%253A%2522http%253A%252F%252Fwww.the-drone.com%252Fmagazine%252Fmedia%252F2015%252F06%252F11_voiski.jpg%2522%252C%2522alt%2522%253A%252211_voiski%2522%252C%2522width%2522%253A%2522100%2525%2522%252C%2522height%2522%253A%2522%2522%252C%2522float%2522%253A%2522none%2522%252C%2522classNames%2522%253A%2522shic-cms-item%2520float-none%2520model-Photo%2522%252C%2522item%2522%253A%257B%2522model%2522%253A%2522Photo%2522%252C%2522data%2522%253A%257B%2522id%2522%253A%252219788%2522%252C%2522file%2522%253A%252226324%2522%252C%2522width%2522%253A%25221000%2522%252C%2522height%2522%253A%2522667%2522%252C%2522source%2522%253A%25220%2522%252C%2522parts%2522%253A%2522Array%2522%252C%2522src%2522%253A%2522media%252F2015%252F06%252F11_voiski.jpg%2522%257D%252C%2522keys%2522%253A%257B%2522id%2522%253A%252219788%2522%257D%257D%257D%5C%22%20data-model%3D%5C%22Photo%5C%22%20data-keys-id%3D%5C%2219788%5C%22%20class%3D%5C%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%5C%22%20style%3D%5C%22width%3A%20100%25%3B%5C%22%3E%22%7D

Lire la suite...

Découvrez HAN, le projet house et nipponophile de Principles of Geometry

Une minute et vingt-huit secondes pour vous mettre sur la bonne voie (de la maison des geisha).
24.06.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F06%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-06-24%20a%CC%80%2013.18.27.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-06-24%20a%CC%80%2013.18.27%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219774%22%2C%22file%22%3A%2226310%22%2C%22width%22%3A%221150%22%2C%22height%22%3A%22632%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F06%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-06-24%20a%CC%80%2013.18.27.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219774%22%7D%7D%7D

Pour l'instant, on n'a pas le droit de vous révéler grand chose de plus sur HAN que ce qu'on peut en voir dans le trailer vidéo ci-dessous et comme on déteste la paraphrase, on s'abstiendra de vous raconter ce qui s'y montre (même si ce n'est pas l'envie qui nous manque de vous lâcher un laïus sur les komusō, dont deux specimens s'affichent dans la capture d'écran ci-dessus, ou sur les okiya, les maisons où les geisha séduisaient de leurs charmes et de leur art leurs augustes clients le temps de leur contrat); la voix de Narumi de Tristesse Contemporaine y narrant un petit poème assez éclairant en Japonais, on vous en livre tout de même une traduction, généreusement fournie par les bonnes gens de Tigersushi: 

"Nous sommes Han. Les komusō du couchant. Nous sommes libérés de l'ego. Débarrassés de ce qui abîme la musique. Nous ne faisons pas de l'art. Nous sommes juste des artisans. Nous vous ouvrons les portes de notre Okiya. Chaque musique est une femme. Chaque femme est un aspect. Aussi différentes que les paysages d'Edo. Il n'y a pas d'élément de langage. Pas de sémantique. Il n'y a que de la musique, les corps. Nous sommes Han Et vous pouvez aussi nous appeler "…" HAN. Okiya Ep. Sur la maison de disques Tigersushi. Bienvenue."

Lire la suite...

Ecoutez en entier Les Sept Salons de Chicaloyoh

Et testez en sept étapes vos connaissances de l'oeuvre de Sade. Via Shelter Press.
24.06.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F06%2Fmaxresdefault-1024x576.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22maxresdefault-1024x576%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2219768%22%2C%22file%22%3A%2226304%22%2C%22width%22%3A%221024%22%2C%22height%22%3A%22576%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F06%2Fmaxresdefault-1024x576.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2219768%22%7D%7D%7D

De Nico période The Marble Index à Catherine Ribeiro, Brigitte Fontaine ou Armande Altai, les étalons ne manquent pas pour situer la voix de la Normande Alice Dourlen dans le monde de la musique pop-et-plus-si-affinités. A écouter les disques rituels qu'elle a fait paraître chez Shelter Press et ailleurs, on flaire pourtant que les piliers de son imaginaire n'ont que lontainement à voir avec la musique: plutôt avec l'onirisme vicié des films de Kenneth Anger, l'érotisme terrorisant de Sade, l'esotérisme de carton pâte des maîtres mystificateurs Cagliostro, Aleister Crowley ou Helena Blavatsky et si l'on veut bien croire les pistes fournies par Shelter Press pour orienter l'écoute de ce nouveau 3 titres au titre très mystérieux (Sept Salons pour s'adonner fiévreusement aux Sept Péchés capitaux?) "quelques apparitions de femmes parmi les plus dérangeantes de l'histoire du cinéma d'horreur, comme L'incinérateur de cadavres de Rudolf Hrušínský ou La Troisième partie de la nuit de Zulawski".

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Opal Tapes vient de sortir une compilation en hommage au Parti Travailliste anglais dans la tourmente | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/1457"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact