Sur son nouvel album, Shit & Shine nous sert sa merde dans une coupelle d'argent

Boogie des poubelles et disco funk court-circuité pour le Monsieur Merde texan.

13.03.2017, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-13%20a%CC%80%2011.00.38.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-13%20a%CC%80%2011.00.38%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228829%22%2C%22file%22%3A%2236434%22%2C%22width%22%3A%22991%22%2C%22height%22%3A%22530%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-13%20a%CC%80%2011.00.38.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228829%22%7D%7D%7D

Si la scène post-compost existait autre part que dans notre imagination, Craig Clouse en serait le Monsieur Merde triomphant - et son projet Shit & Shine un des joyaux les plus étincelants. Après un détour par le blast beat-dégueuli façon trash metal des poubelles sur le sursaturé Teardrops l'année dernière, il revient aujourd'hui avec un nouvel album sous le bras et trouve peut-être enfin un écrin adéquat à ses passions coprophiles.

On le sait, la merde a toujours été le carburant principal du travail de Shit & Shine - et pas seulement à cause de son nom. À travers sa discographie pléthorique entamée il y a une dizaine d'années, c'est dans les détritus que son maitre d'œuvre a toujours trouvé satisfaction. Et comme "là où ça sent la merde, ça sent l'être", pour reprendre la célèbre formule d'Artaud, Shit & Shine reprend cet adage et nous sert aujourd'hui ses excréments dans une coupelle d'argent.

Un cœur vigoureux se niche dans la musique de Craig Clouse, derrière (ou à travers) les ordures, les peinturlures boueuses, les obscénités qui en constituent la carcasse. Et sur Total Shit, son nouvel album qui le voit revenir sur le roster du Diagonal de Powell après un passage par les très adultes Editions Mego, Clouse fait désormais feu de tout compost. Entre les relectures moisies de Michael Jackson, les déjections disco funk, les rognures boogie enflammées, c'est comme si, après des années de blast beat bourrine, de reflux hardcore tendancieux et de dérapages techno noise, Clouse avait ressenti le besoin de tomber les masques et de laisser enfin apparaitre les coutures. En ne se cachant plus derrière ses anciens artifices, en ne faisant même plus semblant de ne pas faire autre chose que de court-circuiter (littéralement sur le morceau "Have To Believe") une musique déjà existante, la musique de Shit & Shine est ainsi plus malade, plus infantile, mais aussi plus jouissive que jamais.

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fshit.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22shit%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228835%22%2C%22file%22%3A%2236440%22%2C%22width%22%3A%22600%22%2C%22height%22%3A%22400%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fshit.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228835%22%7D%7D%7D

Désormais, pas de tergiversations, Clouse met les deux pieds dans le plat de la régression. Les titres des morceaux sont littéraux, injonctifs, rigolards jusque dans la démence ("Hot Shovel", "I Hate This Fucking Machine", "Fuck That", "Stop Saying Awesome"). Rarement aura-t-on senti plaisir si primal dans son travail - pas étonnant qu'il trouve sa meilleure incarnation sur le label de Powell, donc. Tel un enfant revenu au stade anal, il trouve une joie extrême à patauger dans sa fange, à jouer avec le pastiche telle une pâte à modeler, nous regardant une fois le travail achevé, la gueule barbouillée de cochonneries et le sourire jusqu'aux oreilles.  

On pourrait rapprocher ces détraquements avec les infantilités d'Eric Copeland, si la musique de Shit & Shine n'était pas aussi dérangée. Caoutchouteuse et capricieuse, elle nous avoue volontiers que tout cela n'est pas bien sérieux, ce qui ne l'empêche pas de nous tancer et de nous inviter en substance à nous tourner du côté de nos pêchés mignons voir si on n'y trouverait pas une planche de salut au milieu du merdier ambiant. 

Le nouvel album de Shit & Shine Total Shit est sorti le 3 mars sur Diagonal Records. Il est en écoute intégrale ci-dessous : 



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fshit_and_shine.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22shit_and_shine%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228828%22%2C%22file%22%3A%2236433%22%2C%22width%22%3A%221200%22%2C%22height%22%3A%221200%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fshit_and_shine.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228828%22%7D%7D%7D

Commentaires
1
20.03.2017 par bibi :
il est bon quand il fait çà. j'aimais bcp Shower Curtain ds le genre. https://www.youtube.com/watch?v=tKpnk4Q8RhM
Poster un commentaire
Voir aussi
3
Articles suivants

La face cachée du festival SXSW à Austin

Les italiens Soviet Soviet programmés au festival référence ont été retenus à la frontière américaine puis expulsés.
13.03.2017,
Adrien Durand

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2FSXSW-austin-content-marketing.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22SXSW-austin-content-marketing%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228840%22%2C%22file%22%3A%2236445%22%2C%22width%22%3A%221800%22%2C%22height%22%3A%22900%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2FSXSW-austin-content-marketing.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228840%22%7D%7D%7D

Début mars, comme on vous l'expliquait il y a quelques jours, le groupe de Brooklyn Told Slant révélait une nouvelle clause du contrat d'artistes qui le lie (et tous ceux qui y sont programmés) au festival SXSW, le point névralgique et stratégique de la musique qui se déroule chaque année à Austin. Pour résumer simplement, si le festival estime que l'artiste invité (par ses soins) n'est pas totalement en règle avec la législation sur l'immigration, il se garde le droit de prévenir les autorités, cette démarche menant inévitablement à une expulsion ("deportation" en anglo-américain, tout y est) du pays.

Alors certes, certains artistes (Sheer Mag, Downtown Boys) ont choisi de signer une lettre s'opposant à cette mesure et de boycotter le puissant raout, mais ç

Lire la suite...

EXCLU : A l'ombre de l'electronica minérale de Monolithe Noir

On écoute en avant-première Le Son Grave, long-format digital-K7 du producteur bruxellois.
13.03.2017,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-13%20a%CC%80%2014.09.25.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-13%20a%CC%80%2014.09.25%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228834%22%2C%22file%22%3A%2236439%22%2C%22width%22%3A%22943%22%2C%22height%22%3A%22616%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-03-13%20a%CC%80%2014.09.25.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228834%22%7D%7D%7D

Dans le contingent des producteurs aux textures monochromatiques et aux idées sombres de la capitale belge, Monolithe Noir occupe une place à part. Son approche de la musique électronique s'éloigne depuis son premier album des schémas fonctionnels pour entrer de plain-pied dans le territoire de l'electronica de science-fiction. La musique du producteur bruxellois suggère plus qu'elle n'affirme et raconte à la tête plus qu'elle ne cherche à faire réagir le corps. 

Lire la suite...

The Bridge et Caravaggio sont les enfants terribles de l’improvisation made in France (mais pas que)

Rock des marges avec les 4 de Caravaggio et passerelle France-Chicago avec les jazzmen de The Bridge.
13.03.2017,
Mathias Kusnierz

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F03%2Fcaravaggio_live-1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22caravaggio_live-1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2228825%22%2C%22file%22%3A%2236430%22%2C%22width%22%3A%221200%22%2C%22height%22%3A%22544%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F03%2Fcaravaggio_live-1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2228825%22%7D%7D%7D

Il y a quelque chose de bien vivant au royaume de la musique improvisée en France… et c’est une bonne nouvelle ! Si l’on se regrette toujours que l’improvisation n’ait pas davantage le vent en poupe, alors qu’on peut littéralement tout y faire, on a repéré deux excellentes initiatives qui devraient faire mentir les clichés associés à cette musique.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Sur son nouvel album, Shit & Shine nous sert sa merde dans une coupelle d'argent | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/34"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact