Articles taggés
"

luke vibert

".

À partir de ce jeudi a lieu à Rennes la première édition du festival TREIZE pour 3 jours de techno indus et désaxée

6 lieux et 20 artistes : Les Disques Anonymes signent la programmation la plus excitante de ce début d'année.
10.01.2017,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F01%2F4cadd573-234a-4a6b-b206-59ab50974233.jpg%22%2C%22alt%22%3A%224cadd573-234a-4a6b-b206-59ab50974233%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2227798%22%2C%22file%22%3A%2235238%22%2C%22width%22%3A%221680%22%2C%22height%22%3A%22752%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F01%2F4cadd573-234a-4a6b-b206-59ab50974233.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2227798%22%7D%7D%7D

Ce week-end, Les Disques Anonymes - également à l'origine du festival Visions - investissent l'agglomération rennaise avec une programmation qui ravira les amateurs de techno violente mais exigeante, les inconditionnels de Motus et les fans de pâtisseries bretonnes.

Lire la suite...

SEPIA : Les aventures de John Peel aux Cornouailles à la rencontre d'Aphex Twin, de Luke Vibert et de quelques vaches

Extrait de la série Sounds of the Suburbs, produite par Channel 4 juste avant le bogue de l'an 2000.
12.11.2015,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2015%2F11%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-11-12%20a%CC%80%2010.14.36.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-11-12%20a%CC%80%2010.14.36%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2221634%22%2C%22file%22%3A%2228494%22%2C%22width%22%3A%22874%22%2C%22height%22%3A%22491%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2015%2F11%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202015-11-12%20a%CC%80%2010.14.36.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2221634%22%7D%7D%7D

Tout ou presque est passionnant et cool à voir dans ce documentaire de la série Sounds of the Suburbs produit par Channel 4 en 1999 : la présentation brillante et décalée de John Peel (qui se met en condition en écoutant des démos de hardcore), son bonnet, les plaisanteries sur les vaches, l'anecdote sur le zizi de LL Cool J, les éclairages sur le désastre post-industriel aux Cornouailles, les groupes amateurs du coin (Bog Filler, Blew et un groupe de pub rock du nom de In Watermelon Sugar), l'interview de The Jones Machine, ami d'enfance de Richard David James auteur d'un unique disque en argent massif sur Rephlex, les anecdotes de Luke Vibert de l'époque où il était disquaire, la très rare et très précieuse sincérité à l'écran de Richard D. James dans son évocation de son expérience de mineur, de sa jeunesse d'ennui et de ses extases intérieures (rappelons qu'en 1999, Richie vivait loin de sa région natale depuis 6 ans - il revient ici à Redruth spécialement pour l'émission)...

Lire la suite...

Panier de crabes #70

Le panier house et techno de la semaine. Avec Tzusing, Kerrier District, KiNK...
22.05.2015,
The Drone

Minor Science "Closing Acts" (Whities)

Elle nous plaît décidément beaucoup, cette petite vague "cluster-ienne" de la techno européenne qui, de Barnt à cet Anglais (?) découvert via The Trilogy Tapes, oublie volontiers d'envoyer une caisse claire pour laisser tourner à l'infini ces plateaux de sons qui donnent l'impression que le temps a arrêté de dérouler son cours habituels de mauvaises nouvelles et d'accidents. Quelque part entre un vieux Isolée et cette taff de trop qui transforme l'apéro où on s'amuse en scotch interminable dans le canapé, "Closing Acts" est rien de moins que le chef d'oeuvre existentiel de la semaine.

 

Lire la suite...

Panier de crabes #67

La sélection house et techno de la semaine. Avec Drexciya, Maxmillion Dunbar, 45 ACP...
17.04.2015,
The Drone

Drexciya "Wavejumper (Aqualun Version)" (Clone Aqualung Series)

Il y a quelque chose d'un peu rassurant dans le fait de savoir qu'il existe encore des inédits de Drexciya cachés quelque part sur la terre, comme il existe des inédits des Beach Boys, Delia Derbyshire ou Barry Manilow; de cette manière, ce passé dont on déplore tant que le présent ne lui ressemble pas un peu plus a l'air de continuer à exister encore un peu, et sa présence, même très fantômatique, a l'air de rendre ce foutu futur si incertain et qui empiète sans cesse sur le présent un peu moins angoissant. C'est presque comme s'il existait encore quelque part dans un frigo ou un monde parallèle un Harrison Ford pimpant de 25 ans et une Carrie Fisher sublime en minishort prêts à enchaîner les cascades dans un Star Wars 7 scénarisé par John Milius et Cimino, réalisé par Douglas Trumbull dans des décors entièrement conçus et dessinés par Moebius. Presque.

 

Max D "Flex Cathedral" (Off Minor)

Parmi les caractéristiques les moins connues des boîtes à rythmes légendaires de l'histoire de la musique électronique, il y a la fonction "shuffle": une option introduite pour la première fois en 1979 par Roger Linn sur la fameuse LM-1, ancêtre de la LinnDrum et de la MPC et qui permet avec plus plus ou moins de bonheur et de réalisme d'amener du "feeling" humain aux patterns rythmiques en "quantisant chaque battement de percussion sur le pas le plus proche puis en retardant la lecture d'un pas sur deux dans le séquenceur" (pour plus de détails et plus d'intelligence, cliquez ici les cocos). Eh bien à vue de nez, le beat de "Flex Cathedral" est un hommage intégral à cette feature mal aimée que connaissent bien tous les musiciens qui ont un jour eu à faire avec une machine avec une molette dessus, une de ces options fantôme dont on ne s'explique pas l'existence, sur lesquelles on tombe intempestivement en browsant les menus et les sous-menus mais qu'on ne choisit jamais, jamais, jamais. Que grâce leur soit rendue.


Manse "A Slap In The Face Of Public Taste" (Lobster Theremin)


Dès la 3ème seconde, on sait que ça va être débile et génial. Le mec s'appelle Manse, il est anglais, il a sorti son premier disque sur Opal Tapes et il est vraisemblablement fan d'Errorsmith et Mr Oizo. Pour la gloire et pour notre plus grand plaisir, surtout, il débarrasse la musique de ce dernier de tout ce qui commence à saouler - le gros son Ed Banger, le surjeu funk, la méchanceté - pour pondre un pur banger mongolo comme on rêve d'en entendre depuis l'album de Rebolledo. "One chromosome too many" et c'est parti.


Lire la suite...

Luke Vibert: Stabs of Regret

Amorce de révolution chez l'éternel ado des Cornouailles.
18.03.2014,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2014%2F03%2Fartworks-000000674466-4npprm-original.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22artworks-000000674466-4npprm-original%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2212863%22%2C%22file%22%3A%2218348%22%2C%22width%22%3A%221180%22%2C%22height%22%3A%221754%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2014%2F03%2Fartworks-000000674466-4npprm-original.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2212863%22%7D%7D%7DSi l'on y tenait vraiment, on pourrait séparer les innombrables disques de Luke Vibert en deux catégories: les légers colorés et les anxieux gris pastel. Évidemment, la séparation ne tient plus des qu'on se met à gratter les pigments à la surface - il y a de l'anxiété dans les couleurs vives et de la joie à trouver dans les couleurs passées - mais elle aide un peu à s'y retrouver.

.1
Luke Vibert
Stabs of Regret
00:04:19
{"playlistId":"814","id":"3397","mp3":"bWVkaWEvMjAxNC8wMy8wMiBTdGFicyBPZiBSZWdyZXQubXAz","artist":"Luke Vibert","title":"Stabs of Regret"}

Lire la suite...

Luke Vibert: Discogs Mix 001

Discogs inaugure sa série de podcasts avec le Roi des diggers des Cornouailles.
18.02.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F02%2Fluke-vibert_by-stuart-holt.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22luke-vibert_by-stuart-holt%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%227250%22%2C%22file%22%3A%2211935%22%2C%22width%22%3A%22550%22%2C%22height%22%3A%22350%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F02%2Fluke-vibert_by-stuart-holt.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%227250%22%7D%7D%7DEn  une poignée d'année, le wiki+eBay discologique Discogs est devenu plus qu'un outil indispensable de nos vies de mélomanes en ligne, une véritable béquille pour nos hippocampe malmenés. En vérité, il ne se passe pas une journée sans que l'on aille y pêcher une info ou en vérifier une autre. Il semblait donc logique que le site se lance un jour dans le game sans pitié des podcasts et autres mixes en ligne (auquel The Drone participe humblement mais sûrement) mais à à sa manière, un peu en retrait de l'actu et un peu plus proche du peuple des diggers, cette race adorable de nerds pour qui un un premier pressage de Demis Roussos ou un LP de library music tchèque peut avoir autant de valeur qu'une photo dédicacée de Stanley Kubrick.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"tag","title":"The Drone | luke vibert","videosPlayerList":null,"pageIsList":true,"nextPage":null}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact