The Space Lady: Major Tom

La première anthologie digne de ce nom d'une légende insaisissable de l'outsider music est disponible.

29.11.2013, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-09-02%20a%CC%80%2014.15.40.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-09-02%20a%CC%80%2014.15.40%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%229759%22%2C%22file%22%3A%2214846%22%2C%22width%22%3A%22430%22%2C%22height%22%3A%22543%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F09%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-09-02%20a%CC%80%2014.15.40.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%229759%22%7D%7D%7D"Par où commencer avec The Space Lady?" - une fois n'est pas coutume, je pique ma phrase d'introduction à un autre article. Je m'en excuse, c'est la seule parade que j'ai trouvé pour m'empêcher d'utiliser le mot "culte" que l'on peut lire partout ailleurs dans les articles à son sujet.

Par où commencer, donc, avec cette Dame? D'abord dire qu'il n'y a aucune raison de vous en vouloir si vous n'avez jamais entendu parler d'elle. A l'instar de Moondog, The Space Lady a commencé sa carrière dans les rues de San Francisco à un moment indéterminé des années 70, l'a interrompue à un moment indéterminé des années 90 et à l'exception des bonnes gens et des badauds de la Bay Area, très peu de mélomanes ont eu l'occasion de l'entendre chanter.

En fait, les chansons de The Space Lady sont devenues plus ou moins légendaires chez le grand public indie via le volume 2 de Songs In The Key Of Z, compilation historique d'Irwin Chusid consacrée "au monde étrange de l'outsider music" où elle s'illustrait aux côtés des Shaggs, de B.J. Snowden ou Jandek. A part ça, les seuls fragments de musiques enregistrés par la Dame qu'on pouvait entendre étaient soit lacunaires, soit auto-édités en CD-R à des tirages dérisoires (mais apparemment toujours disponibles via CD Baby). Ce qui n'a pas empêché des meta-outsiders comme John Maus de se répandre en éloges sur son usage cosmique de l'accordéon ou du Casio et de la playlister à gogo (cf. ce mix). Car derrière les volutes de synthé cheap et le petit casque d'Asterix sur la tête, toute la magie de The Space Lady tient à sa voix terrienne et gracieuse, à mi-chemin d'une Grace Slick groggy et d'Alison Statton des Young Marble Giants. 

Enregistré il y a une poignée d'année au pinacle de sa créativité, le Greatest Hits qui sort ces jours sur le label anglais Night School Records a donc tout du coup, même si la Dame, actuellement en pleine écriture de son autobiographie, est repartie écumer le bitume et est désormais joignable via sa chaîne Youtube. En préambule de sa première anthologie, on peut aussi écouter sa reprise magnifique et, euh, culte, du "Major Tom" de Peter Schilling sur 45 tours épais. Ça se commande ici et à ce prix là, c'est un vrai cadeau.







%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F09%2Fartworks-000053153565-x55d0i-crop.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22artworks-000053153565-x55d0i-crop%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%229763%22%2C%22file%22%3A%2214850%22%2C%22width%22%3A%22397%22%2C%22height%22%3A%22400%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F09%2Fartworks-000053153565-x55d0i-crop.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%229763%22%7D%7D%7D

Poster un commentaire
Voir aussi
3
Articles suivants

IVVVO: Light Moving

Paradis perdu.
28.11.2013,
Sébastien Tribot

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F11%2F8a44-ivvvo.jpg%22%2C%22alt%22%3A%228a44-ivvvo%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2211215%22%2C%22file%22%3A%2216567%22%2C%22width%22%3A%22951%22%2C%22height%22%3A%22960%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F11%2F8a44-ivvvo.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2211215%22%7D%7D%7DQu'est-ce qui nous fascine autant, nous les jeunots (je vous rappelle que je suis né en 1988), dans l'âge d'or de la rave anglaise? Sans doute la même chose qui fait rêver les royalistes. La vie au présent est toujours un peu décevante, un peu pourrie; la fête techno aussi. Et contrairement aux gens qui dansaient à l'Haçienda ou dans les entrepôts du nord de l'Angleterre en 1988 ou 1991, le raver rêveur de 2013 paye non seulement son shot de vodka 15 euros, mais il ne peut pas danser cinq minutes sans voir des milliards de légendes s'agiter en arrière-plan. Il y a les vestiges VHS pourris sur youtube. Il y a les vieux qui embellissent leurs propres soirées pourries. Il y a ce rush de futur qu'on desespère de ressentir un jour. Le jeunot de 2013, peut-on vraiment l'en blâmer, voit la rave originelle comme une utopie, et le second Summer of Love comme un moment presque aussi mythique que le premier. Voire, le jeunot de 2013 est jaloux.

Lire la suite...

Moodymann: Come 2 Me

Kenny Dixon Jr. n'essaiera jamais de vous la faire à l'envers.
28.11.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F11%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-11-28%20a%CC%80%2014.45.46.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-11-28%20a%CC%80%2014.45.46%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2211236%22%2C%22file%22%3A%2216588%22%2C%22width%22%3A%22472%22%2C%22height%22%3A%22277%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F11%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-11-28%20a%CC%80%2014.45.46.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2211236%22%7D%7D%7DY a-t-il des nouvelles plus chouettes, dans nos vies de mélomanes coincés dans les tuyaux, que l'annonce d'un nouvel album de Moodymann? J'utilise l'epithète "chouette" de manière tout à fait volontaire: il y a certes des nouvelles plus affriolantes pour l'intellect, mais aucune n'est porteuse d'autant de promesses de bonheur franc, simple et entier que la perspective d'écouter le même jour douze nouveaux morceaux signés Kenny Dixon Jr.

Lire la suite...

Jojo Hiroshige / Paal Nilssen-Love / Pika / Lasse Marhaug: Osaka Fortune LP

Quatre mastodontes reviennent aux fondations du harsh noise. Stream intégral.
28.11.2013,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2013%2F11%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-11-27%20a%CC%80%2019.06.08.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-11-27%20a%CC%80%2019.06.08%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2211223%22%2C%22file%22%3A%2216575%22%2C%22width%22%3A%22516%22%2C%22height%22%3A%22757%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2013%2F11%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202013-11-27%20a%CC%80%2019.06.08.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2211223%22%7D%7D%7DOn ne s'improvise pas harsh noiser. Le truc a pourtant l'air à la portée du premier pékin un tant soi peu appareillé puisqu'il suffit de brancher deux machines à l'envers ou de laisser la guitare posée contre le HP de l'ampli et de monter très fort le volume. Mais soumettez donc à un aficionado l'idée comme quoi la discipline aurait quelque chose à voir avec la facilité: il vous répondra à coup sûr (et à raison) que ce n'est pas par hasard que l'art du bruit volontaire s'accompagne toujours d'une ascèse artistique totale. Le harsh noise ne se joue pas, il ne s'interprète pas, il se vit et se pratique de manière exclusive; ou alors il n'est que triste boucan d'ambiance, et Dieu sait que toute l'essence du genre tient à cette infime mais cruciale différence. Le loup en soi ne se trouve pas comme ça.

.1
Osaka Fortune
Face A
00:13:12
{"playlistId":"768","id":"3268","mp3":"bWVkaWEvMjAxMy8xMS9PU0FLQV9PTkUubXAz","artist":"Osaka Fortune","title":"Face A"}
.2
Osaka Fortune
Face B
00:13:51
{"playlistId":"768","id":"3269","mp3":"bWVkaWEvMjAxMy8xMS9PU0FLQV9UV08ubXAz","artist":"Osaka Fortune","title":"Face B"}

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"The Space Lady: Major Tom | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/2440"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact