Thee Oh Sees: Putrifiers II

Comme une envie de bouffer des marshmallows au coin du feu.

10.09.2012, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2012%2F09%2FThee-Oh-Sees-608x433.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22Thee-Oh-Sees-608x433%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%224521%22%2C%22file%22%3A%228586%22%2C%22width%22%3A%22608%22%2C%22height%22%3A%22433%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2012%2F09%2FThee-Oh-Sees-608x433.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%224521%22%7D%7D%7DAllons y pour une fois sans ambages, le nouveau Thee Oh Sees est super. Ce n'est bien entendu pas si rare que Thee Oh Sees sortent un disque super (le dernier Oh Sees super en date est peu ou prou toujours le dernier Oh Sees en date) mais John Dwyer étant présentement l'un des derniers tatoués d'Amérique, deux côtes confondues, à ne pas être affecté par ce tsunami de désaffection générale pour la chose indie qui nous touche tous (c'est du sérieux, même Ariel Pink est devenu ringard), l'événement devrait au moins nous tenir la semaine.

Quoi de notablement neuf dans ce Putrifiers II EP par rapport au dernier Carrion Crawler/The Dream? Il faudrait demander à un néophyte pour l'absolu mais pris dans le maillage dialectique de tous les autres Oh Sees, Orange County Sound, Orinoka Crash Suite et OCS, pas un centimètre carré de tradition British Invasion, americana, glam, doo wop, balades sous la pluie ou sieste au cagnard n'a pas déjà son occurence dans un LP, un 45 tours ou un flexi du groupe. Ce qui surprend un poil plus, c'est l'ambiance générale du skeud, placée sous le signe du très Kinks-ien Wicked Park qui ferme sa marche, et qui donne curieusement envie de se (re)mettre au vert.

Pour les 37 lecteurs de The Drone qui exigeraient un diagnostic précis, disons donc qu'on est à la fois dans la suite directe du précédent pour l'obédience psyché grasse 70s d'un tiers des morceaux, et dans une petite terre forestière inconnue, jouxtant un cimetière indien, pour tous les autres: une bonne ambiance hootenanny dans les Appalaches, Retour vers le futur 3 et choeur multiracial au coin du feu finalement pas si loin de l'idée qu'on se faisait du dernier Springsteen avant d'en écouter des extraits sur youtube. 



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2012%2F09%2Fthee-oh-sees-putrifiers-ii-608x536.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22thee-oh-sees-putrifiers-ii-608x536%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-none%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%224520%22%2C%22file%22%3A%228585%22%2C%22width%22%3A%22608%22%2C%22height%22%3A%22536%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2012%2F09%2Fthee-oh-sees-putrifiers-ii-608x536.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%224520%22%7D%7D%7D 




Commentaires
1
11.09.2012 par maurice le cowboy :
j'ai pas tout de suite adhéré à la première écoute, restant un peu collé au précédent album, mais ça y est j'ai plongé et ça fait du bien; vraiment marre de la varieté internationale électromollasse
Poster un commentaire
Voir aussi
4
Articles suivants

The Gaslamp Killer : Flange Face

The Gaslamp Killer est un "angry psycho".
10.09.2012,
Juliette Sedes

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2012%2F09%2Fz-2.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22z-2%22%2C%22width%22%3A%2270%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-right%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%224496%22%2C%22file%22%3A%228561%22%2C%22width%22%3A%22604%22%2C%22height%22%3A%22401%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2012%2F09%2Fz-2.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%224496%22%7D%7D%7D"I'm an angry psycho", dixit "The Motherfucking" Gaslamp Killer, réputé dans les clubs californiens pour répandre sa misanthropie à qui veut bien l'entendre (ou pas). Originaire du Gaslamp District à San Diego (comme son vieux copain yogi du désert, Gonjasufi), il livre en ce mois de septembre son tout premier album après des années à tourner autour du pot et à faire des mixes fous pour ses cousins de Finders Keepers et c'est - sinon psycho - psyché as fuck.

Lire la suite...

Pop in Djerba 2012

La petite île tunisienne comme on ne l'avait jamais vue, ni entendue. Compte-rendu.
07.09.2012,
Frédéric Gendarme

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2012%2F09%2F1342448148_popindjerba_1.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%221342448148_popindjerba_1%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%224499%22%2C%22file%22%3A%228564%22%2C%22width%22%3A%22539%22%2C%22height%22%3A%22406%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2012%2F09%2F1342448148_popindjerba_1.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%224499%22%7D%7D%7DDans la torpeur de l’été Tunisien, là ou 35 degrés de pure chaleur s’appliquent à dévorer chaque parcelle de votre peau citadine en coalition avec des escadrilles de moustiques dressés pour tuer, c’est une vibration inédite qui s’est dressée entre deux hôtels de bétons.

Pop In Djerba, c’est le nom de ce petit cataclysme qui pendant une semaine a doucement chamboulé la petite île tunisienne, ses touristes et la torpeur apparente du paysage culturel d’après la révolution. Revendiquant l’influence du DIY cher au punk et le manifeste du collectif cultocryptique Underground Resistance, le festival initié par Kamel Salih, collaborateur de Gonzaï, avait aussi à cœur de s’affranchir du cynisme un peu trop prégnant chez les organisateurs de festival de la métropole vis-à-vis d’une certaine idée de l’engagement. Pour cela, il a emmené dans son sillage nombre d’associations locales et autres think tanks post-révolution dédiés à la sauvegarde de l’Ile et à cette chère démocratie, vestige tout neuf chérie comme un trésor.

Lire la suite...

Burning Man 2012

L'édition 2012 du plus gros raout mystico-pagano-fraggle du monde vient de se terminer.
06.09.2012,
Olivier Lamm

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2012%2F09%2Fburningman-2.jpeg%22%2C%22alt%22%3A%22burningman-2%22%2C%22width%22%3A%2250%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22right%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20model-Photo%20float-right%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%224466%22%2C%22file%22%3A%228530%22%2C%22width%22%3A%22500%22%2C%22height%22%3A%22333%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2012%2F09%2Fburningman-2.jpeg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%224466%22%7D%7D%7DA mater les photos et lire les compte-rendus officiel, l'édition 2012 du monstrueux raout néo-païen fut un énième carton plein: 60,000 visiteurs les jours de grosse affluence à 250$ le droit d'entrée, les Burners vétérans ont intérêt à faire place propre derrière eux.

Le thème officiel de l'année était "la fertilité 2.0.", les fans de Mad Max: Au-delà du dôme du tonnerre de 7 à 77 ans étaient tous là, et tout a bien brûlé à la fin.

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Thee Oh Sees: Putrifiers II | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/1085"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact