Avec Chien d'la casse, Usé nous rappelle que le futur est déjà là et que c'est pas joli, joli

C'est sorti sur Born bad et c'est indispensable.

03.05.2016, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2016%2F05%2FUse%CC%81-photos-BD2.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22Use%CC%81-photos-BD2%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2224178%22%2C%22file%22%3A%2231321%22%2C%22width%22%3A%221000%22%2C%22height%22%3A%22820%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2016%2F05%2FUse%CC%81-photos-BD2.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2224178%22%7D%7D%7D

Depuis l'avènement, via la saga Star Wars, des visions désabusées du futur de la bande Métal Hurlant (les Jean-Claude Mézières, BilalMoebius, Druillet), on parle chez les amateurs de science-fiction de "used future" ("futur usé") pour qualifier ces univers imaginaires où les vaisseaux spatiaux ressemblent à des vieilles carlingues et les planètes les plus éloignées à La cité des 4000 au mois de février.

Or on trouve le terme très probant pour parler de nombre d'oeuvres de notre temps: dans le marasme largement rétrofuturiste qui est à la nôtre, toutes les histoires qu'on nous raconte, toute la musique qui sort ont quelque chose à voir avec un futur de ruines et d'abandon. Repéré au milieu de mille projets aux pedigrees tous plus impossibles à établir les uns que les autres (Headwar, Les Morts Vont Bien, Roberto Succo, Sultan Solitude), Nico Belvalette mérite un peu plus encore que la plupart de ses contemporains qu'on sorte la carte futur raté parce qu'il joue sa musique en solo sous le nom d'Usé, que sa musique nous rappelle que le futur auquel on rêvait gamin, c'est maintenant, et qu'il a fait des synthétiseurs en déréliction ses instrument de prédilection.

Sur Chien d'la casse, premier album "grand public" de ce projet né en 2011, l'Amiénois joue en gros le genre de musique qu'aurait dû jouer le groupe de la cantina 2.0. dans Star Wars VII si J.J. Abrams avait mené jusqu'au bout son projet morbide à souhait (pour ceux qui ne l'auraient pas vu : l'acceptation contrainte ou forcée d'un monde où l'imaginaire ne serait plus affaire que de mises à jour d'histoires déjà connues et de photocopies des mythes à l'infini) - à la différence précieuse que Nico Belvalette est le contraire d'un misanthrope ou d'un cynique. Plutôt un sévère mélancolique, qui donne dans une punk-chanson synthétique et intimiste, orgastique et brutalement désabusée où il ne célèbre rien d'autre que l'heureuse surprise d'être encore en vie malgré toute cette merdeaprès tout ce temps

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2016%2F05%2F12642872_916534371797486_9113782256160232796_n.jpg%22%2C%22alt%22%3A%2212642872_916534371797486_9113782256160232796_n%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2224180%22%2C%22file%22%3A%2231323%22%2C%22width%22%3A%22960%22%2C%22height%22%3A%22960%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2016%2F05%2F12642872_916534371797486_9113782256160232796_n.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2224180%22%7D%7D%7D

Pas la peine d'aller vous chercher de jolies références musicales pour vous donner envie d'écouter Chien d'la casse, donc. Il y a tout ce qu'il faut dans le titre du disque et le nuage radioactif qui passe au-dessus du chien enragé qui grogne dès les premières secondes de "Nuke Moi" pour convaincre n'importe quel mélomane au coeur pur qu'il doit se presser pour lui accorder tout son amour et toute son attention. Largement imperméable aux modes qui sévissent dans les undergrounds de nos contrées (du garage de brocanteur à la neo new-wave de fils de médecin), Usé joue tous ses instruments (synthés de la casse, donc, mais aussi guitares, batterie, tonnelets de bière vide) et tous les genres de chansons (de la fureur motorik sur "Amphetamine" ou "Infini" à la chopin-erie déchirante dans "Sous mes draps") comme si sa musique devait incarner au plus près sa joie et ses dépressions, sa colère et ses ravissements. 

Alors comme la musique de ses amis et collègues Scorpion Violente, Terrine ou Jessica 93, la musique d'Usé fait autant de mal qu'elle fait de bien. Mais quand elle s'emballe dans la violence, la vitesse ou la mélancolie, elle est grisante comme peu d'ersatzes de rock, de noise ou de techno actuels sont grisants, comme si quelque chose de plus juste, de plus vrai s'y exprimait. C'est sans doute faux et mal de le croire, mais on est pas complètement contre le fait de prendre parti en toute mauvaise foi pour un disque qui se range du côté des clébards pourris qui vous inoculent leur eczéma quand on les caresse plutôt que les dogues de compétition qu'on fait défiler dans les vélodromes.

Chien d'la casse est dispo depuis une dizaine de jours chez Born Bad. 



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2016%2F05%2Fa1166819933_10.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22a1166819933_10%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2224181%22%2C%22file%22%3A%2231324%22%2C%22width%22%3A%22700%22%2C%22height%22%3A%22700%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2016%2F05%2Fa1166819933_10.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2224181%22%7D%7D%7D

Commentaires
2
03.05.2016 par jeanluc :
"C'est sans doute faux et mal de le croire, mais on est pas complètement contre le fait de prendre parti en toute mauvaise foi .... " vous avez pas à vous justifier les gars...
04.05.2016 par bibi :
haha, clairement jean-luc, et le lecteur tant soit peu assidu du (dudu?) drone n'a clairement pas besoin de cet avertissement. il le sait très bien. n'empêche, headwar c'était SYMPATOCHE.
Poster un commentaire
Voir aussi
5
Articles suivants

Brandt Brauer Frick se met à l'art impérieux de la chanson pop sur Holy Night

Joli clip à regarder les yeux grands ouverts.
02.05.2016,
Régis Tardif

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2016%2F05%2Fbff1.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22bff1%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2224166%22%2C%22file%22%3A%2231309%22%2C%22width%22%3A%221000%22%2C%22height%22%3A%221014%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2016%2F05%2Fbff1.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2224166%22%7D%7D%7D

Nouvelle expérience au tableau de Brandt Brauer Frick après la techno sur des tuyaux en PVC, le grand orchestre et Kraftwerk en chambre : pour le double simple Holy Night / Poor Magic, l'ingénieux trio teuton a eu l'étrange et improbable idée d'organiser ses idées de rythmes et de mélodies autour du chant du chanteur montréalais Beaver Sheppard, comme s'il était pour lui de se mettre, in fine, à l'art impérieux de la chanson.

Lire la suite...

Panier de crabes #102

Le panier house et techno de la semaine. Avec Keita Sano, Call Super, A Made Up Sound...
30.04.2016,
The Drone

Keita Sano "Some Jazz" (Unfulfillment)

Dans le podcast épais qu'il offrait récemment à Resident Advisor, Keita Sano mixait exclusivement des morceaux de sa fabrication. On a failli y voir la preuve d'un esprit nombriliste en action, mais on se trompait : le poupon techno d'Okayama y démontrait simplement l'étendue de son eclectisme et la largeur de son champ de vision, qui va de la jackin' techno brutale aux grands déploiements oniriques façon vapor truc. Son nouveau maxi sur Unfulfillment s'appelle High et se pare d'un macaron en noir et blanc pour annoncer la (non) couleur: trois tracks de techno monochrome et doucement psychédélique, dont l'esprit zone entre L.I.E.S. et un vieux Jeff Mills. C'est trop bien.



Call Super "Nervous Sex Traffic" (Dekmantel)

Chaque nouveau disque de Call Super voit Joseph Richmond-Seaton s'approcher un peu plus près du mystère magique de la musique de Jon Hassell. Privé de la trompette du maître mais le bide rempli de house et de congas, "Nervous Sex Traffic" est une odyssée étrange dans le "Quatrième Monde" (créé par Hassell et Eno à l'orée des 80's et de l'invention du cauchemar de la world music) qui doit faire des choses tranges aux danseurs imbibés quand le DJ habillé aux couleurs de la Jamaïque le balance accompagné de bruits d'oiseau le samedi soir.




Interstellar Funk & Jeroen "Prototype" (Rush Hour)

Tant qu'il y aura des Hollandais pour faire de la techno de Detroit, la mondialisation ne sera pas qu'un Enfer de transferts de capitaux, de concentration des richesses et d'asservissement global des classes populaires. On ne répond rien du jour où le phénomène s'arrête en revanche... 

Lire la suite...

Désormais, Bajram Bili donne exclusivement dans la club music

Need Meditation sort aujourd'hui sur le Turc Mécanique et Another Record et il s'écoute en entier.
29.04.2016,
Marc-Aurèle Baly

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2016%2F04%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202016-04-29%20a%CC%80%2000.05.34.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202016-04-29%20a%CC%80%2000.05.34%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2224158%22%2C%22file%22%3A%2231301%22%2C%22width%22%3A%22922%22%2C%22height%22%3A%22494%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2016%2F04%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202016-04-29%20a%CC%80%2000.05.34.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2224158%22%7D%7D%7D

On vous avait prévenus, Bajram Bili n'en a plus grand-chose à carrer du krautrock ou de ses dérivés kosmiche. Déjà sur son précédent EP, Distant Drone (dont on vous vantait les mérites ici même), il amorçait cette descente club canaille qui aujourd'hui se montre d'autant plus prégnante qu'elle semble désormais couler de source. Les deux nouveaux morceaux en écoute ci-dessous, extraits de son nouvel EP Need Meditation, semblent d'ailleurs avoir été composés exclusivement pour faire remuer le popotin, de préférence sur un dancefloor suitant et à une heure pas très convenable. 

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Avec Chien d'la casse, Us\u00e9 nous rappelle que le futur est d\u00e9j\u00e0 l\u00e0 et que c'est pas joli, joli | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/845"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact