Vous seriez bien inspirés de vous raccrocher au wagon Sheer Mag avant qu'il ne soit bon pour la casse

Profitez tout de suite de la feel good music la plus communicative entendue depuis un bail.

09.01.2017, par

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F01%2Fsheer.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22sheer%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2227762%22%2C%22file%22%3A%2235201%22%2C%22width%22%3A%22640%22%2C%22height%22%3A%22380%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F01%2Fsheer.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2227762%22%7D%7D%7D

C'est un peu toujours la même histoire avec les groupes garage (bien que les Philadelphiens de Sheer Mag n'appartiennent pas complètement à cette catégorie, d'accord, mais j'essaye de tenir un argument là) : les premiers albums sonnent patate, l'énergie (essentielle à cette musique) fait le gros du travail, l'effet communicatif des riffs et des refrains immédiatement identifiables s'occupent du reste.

Puis, inexorablement, tout cela s'estompe : les tournées qu'on fait parce qu'il faut en faire, les disques qu'on sort parce qu'il faut en sortir (et non plus parce que ça résulte d'un besoin vital comme aux débuts) ôtent cette vigueur pourtant primordiale - un comble lorsque la qualité première de cette musique est d'être fun, régressive, instantanée, de ne s'embarraser ni de technique ou de complications. 

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F01%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-01-09%20a%CC%80%2010.40.42.png%22%2C%22alt%22%3A%22Capture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-01-09%20a%CC%80%2010.40.42%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2227765%22%2C%22file%22%3A%2235204%22%2C%22width%22%3A%22629%22%2C%22height%22%3A%22313%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F01%2FCapture%20d%E2%80%99e%CC%81cran%202017-01-09%20a%CC%80%2010.40.42.png%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2227765%22%7D%7D%7D

C'est à peu près pour ces raisons qu'il faut absolument se précipiter sur la musique de Sheer Mag dès maintenant (sans vouloir vous commander, hein), car elle est pour l'instant tellement irrésistible et viscérale (même pour de la feel good music) qu'on se dit qu'elle ne pourra pas l'être autant beaucoup plus longtemps. Peut-être est-ce parce qu'elle est d'office à la fois bienveillante et hargneuse, qu'elle se présente à nous sans filtre ni écran de fumée, qu'elle échappe à une catégorisation précise, n'a pas peur de convoquer le rhythm'n'blues juvénile des Jackson 5, le hard rock langoureux de Thin Lizzy et une science power pop toute 80's (soit des références totalement rincées pour la plupart des groupes avides de coolitude aujourd'hui), qu'on se dit dès les premiers instants où l'on entend sa musique que le groupe ne triche pas.

Prenons la voix de la chanteuse Tina Hallaway, petite teigne de féminisme colérique et joyeux : un peu fausse, un peu perçante, mais tellement réjouissante dans la foi qu'elle dégage et qu'elle fait sienne. Et si on a si envie de l'écouter chanter (et de manière plus large, d'écouter la musique de Sheer Mag), ce n'est pas que ses vocalises soient particulièrement prodigieuses, mais parce qu'elle a l'air tellement convaincue par ce qu'elle avance qu'elle fait automatiquement figure d'autorité. Et mine de rien, ça ne court pas les rues tant que ça de nos jours.

Alors, en attendant le crise d'inspiration, la lassitude du boulot et l'impression de se retrouver face à un groupe qui n'est là que pour payer ses factures, précipitez-vous dessus. Ça tombe bien, le groupe vient de sortir une compilation de ses premiers maxis, en attendant un premier album qui sortira en mars (et dont on espère qu'il sera au moins aussi fort). Vous pouvez vous procurer la compilation sur Bandcamp par ici, et on vous a mis quelques titres ci-dessous :



%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F01%2Fsheer_mag.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22sheer_mag%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2227763%22%2C%22file%22%3A%2235202%22%2C%22width%22%3A%221200%22%2C%22height%22%3A%221200%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F01%2Fsheer_mag.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2227763%22%7D%7D%7D

Commentaires
1
09.01.2017 par bibi :
y'a clairement un tube. y'a aussi un guitariste soliste. personne n'est parfait.
Poster un commentaire
Voir aussi
4
Articles suivants

Arandel joue avec le hasard sur Aleae

Instinct, improvisation et imperfection des machines sur le LP du mystérieux producteur à sortir chez Infiné.
06.01.2017,
The Drone

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F01%2Farandeltop.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22arandeltop%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2227754%22%2C%22file%22%3A%2235193%22%2C%22width%22%3A%221337%22%2C%22height%22%3A%22896%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F01%2Farandeltop.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2227754%22%7D%7D%7D

Complexité des systèmes, simplicité des émotions, éclatement des identités : Arandel reprend le cours des choses là où il les avait laissées après ses deux précédentes sorties, In D et Solarispellis.

Lire la suite...

Le Collectif Coax organise dimanche sa Coax Radio de midi à minuit

12h d'improvisation free, jazz et rock diffusées en direct sur mixlr.
06.01.2017,
Anton Les Oiseaux

%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22src%22%3A%22http%3A%2F%2Fwww.the-drone.com%2Fmagazine%2Fmedia%2F2017%2F01%2Fcoaxbaniere.jpg%22%2C%22alt%22%3A%22coaxbaniere%22%2C%22width%22%3A%22100%25%22%2C%22height%22%3A%22%22%2C%22float%22%3A%22none%22%2C%22classNames%22%3A%22shic-cms-item%20float-none%20model-Photo%22%2C%22item%22%3A%7B%22model%22%3A%22Photo%22%2C%22data%22%3A%7B%22id%22%3A%2227750%22%2C%22file%22%3A%2235189%22%2C%22width%22%3A%221200%22%2C%22height%22%3A%22465%22%2C%22source%22%3A%220%22%2C%22parts%22%3A%22Array%22%2C%22src%22%3A%22media%2F2017%2F01%2Fcoaxbaniere.jpg%22%7D%2C%22keys%22%3A%7B%22id%22%3A%2227750%22%7D%7D%7D

Il y a des initiatives bien sympas comme Radio Coax qui surgissent à la dernière minute, et qui prennent aussitôt les allures de rendez-vous majeur. C’est quoi Radio Coax, et c’est quand ? C’est le podcast marathon (douze heures d’antenne quand même) du collectif d’improvisateurs free / rock / noise du même nom.

Lire la suite...

SEQUENCES S02E06 : La techno futuriste et retorse de Factory Floor

Le duo britannique hybride acid house, techno et post punk dans la lightbox de SEQUENCES.
05.01.2017,
The Drone



Le duo originaire de l'est londonien Factory Floor a patiemment construit sa disco post-industrielle décrite par le NME comme "un racket terrifiant qui vous hérisse les nerfs en vous tordant simultanément les boyaux". Formé en 2005, le groupe est vite repéré via son mini-album Talking On Cliffs. Signés sur Blast First Petite puis sur l'incontournable DFA, ils trouvent un supporter de poids en la personne de Stephen Morris (Joy Division, New Order) qui remixe un de leurs titres en 2010 puis se colle à la production de leurs albums. Leur son électronique teinté de no-wave se situe quelque part dans l'héritage de Throbbing Gristle, Ian Curtis et Glenn Branca, mais il a retenu deux leçons importantes de la techno : l'importance des grosses lignes de basse et des morceaux dansants. 

Lire la suite...

{"template":"article","rubrique":"blog","title":"Vous seriez bien inspir\u00e9s de vous raccrocher au wagon Sheer Mag avant qu'il ne soit bon pour la casse | The Drone ","videosPlayerList":null,"pageIsList":null,"nextPage":"list\/blog\/211"}

Twitter

Derniers commentaires

Restez en contact